NOUVELLES

Clint Eastwood attendu comme le loup blanc à la convention de Tampa

30/08/2012 05:46 EDT | Actualisé 30/10/2012 05:12 EDT

Après plusieurs jours de "buzz", la présence jeudi du légendaire acteur-réalisateur Clint Eastwood à la convention républicaine de Tampa semblait de plus en plus certaine, entre les confidences des ténors du parti et la musique de ses films jouée par l'orchestre maison.

Le vétéran hollywoodien, âgé de 82 ans, devrait intervenir à l'heure de plus grande écoute, juste avant le sénateur Marco Rubio, chargé d'introduire le discours très attendu du candidat républicain à la Maison Blanche Mitt Romney.

"C'est lui, je peux le confirmer à 100%", a déclaré à US News & World Report un ami de la famille Romney, Paul Gilbert.

CNN a affirmé pour sa part que l'acteur-réalisateur aux quatre Oscars se rendrait dans l'après-midi au Tampa Bay Forum, où se tient la convention, pour repérer les lieux.

Un dernier indice a mis la puce à l'oreille des participants: l'orchestre de la convention répétait dans l'après-midi le célèbre "hululement" composé par Ennio Morricone pour le film "Le bon, la brute et le truand" (1966), dans lequel Clint Eastwood tenait l'un des rôles principaux.

Celui qui incarna aussi le célèbre "Inspecteur Harry" est un républicain dans l'âme, qui a apporté son soutien à Mitt Romney début août, après avoir soutenu John McCain en 2008. Son dernier film comme acteur et réalisateur, "Trouble with the curve", sort sur les écrans nord-américains le 21 septembre.

L'identité de l'invité mystère de la convention faisait l'objet de nombreuses spéculations depuis plusieurs jours.

Avant que le nom de l'acteur-réalisateur ne s'impose dans les couloirs, d'autres noms avaient circulé, du milliardaire Donald Trump à l'égérie du Tea Party Sarah Palin, en passant par l'ancien secrétaire d'Etat Colin Powell.

Hollywood, traditionnellement plutôt favorable au camp démocrate, brillait par son absence à Tampa, à l'exception de l'acteur Jon Voigt, 73 ans, passé côté républicain après une jeunesse des plus subversives et des films comme "Macadam Cowboy" (1969) et "Délivrance" (1972).

rr/lb/mdm

PLUS:afp