NOUVELLES

USA: dans les abris, les victimes d'Isaac prennent leur mal en patience

29/08/2012 05:48 EDT | Actualisé 29/10/2012 05:12 EDT

"Je suis inquiet pour ma famille, mon cousin est toujours là-bas et ils ne peuvent pas aller le secourir en raison du mauvais temps": Claude Jones a tout perdu à cause de l'ouragan Isaac. S'il est à présent en lieu sûr, tout le monde n'a pas cette chance.

M. Jones, 61 ans, tentait de se reposer mercredi après-midi dans le gymnase d'un lycée de Louisiane. Il a déjà passé deux jours dans cet abri réquisitionné par les autorités, mais il pourrait y passer beaucoup plus de temps puisque la caravane dans laquelle il vivait a été complètement détruite par la montée des eaux due à l'ouragan.

Dans certaines zones, les fortes précipitations accompagnant Isaac ont entraîné d'importantes inondations: des habitants de la paroisse de Plaquemines, sur le littoral au sud de La Nouvelle-Orléans, ont ainsi dû être évacués.

Les eaux, passant par-dessus une digue, sont montées brutalement jusqu'à une hauteur de plus de trois mètres dans certaines maisons d'un secteur résidentiel.

Les personnes qui n'avaient pas voulu suivre les ordres d'évacuation se sont ainsi retrouvées piégées par les flots. Près de 120 avaient été secourues à la mi-journée mais 25 autres attendaient sur le toit de leur maison sous des trombes d'eau une aide providentielle, selon le président de la paroisse (l'équivalent des comtés dans le reste des Etats-Unis) Billy Nungesser.

Environ 350 personnes ont été relogées dans trois abris d'urgence dans cette zone côtière située au sud de La Nouvelle-Orléans. Un quatrième abri était sur le point d'ouvrir.

"C'est dur, j'ai vraiment hâte de pouvoir rentrer dans ma maison, je serai heureuse quand cette tempête sera partie", déclarait pour sa part à l'AFP Kylie Polk, 34 ans, épuisée après avoir dû occuper ses enfants durant toute la journée.

Mais au moins Mme Polk pouvait-elle rêver du moment où elle pourrait rentrer chez elle, ce qui n'est pas le cas de tout le monde. Plusieurs membres de sa famille qui habitaient du mauvais côté des talus ont ainsi vu leurs maisons très endommagées, voire complètement détruites.

"Je suis désolée pour eux, ils vont devoir encore une fois tout redémarrer de zéro".

Isaac n'était qu'un ouragan de catégorie 1 sur l'échelle de Saffir-Simpson, qui compte 5 graduations, mais ils n'en a pas moins causé de nombreux dégâts, qui pourraient coûter 2,5 milliards de dollars selon les premières estimations de la société spécialisée Eqecat.

Les vents ont déraciné des arbres, arraché des toits, et les rues sont jonchées de débris. Plus d'un demi-million de personnes étaient sans électricité mercredi alors qu'Isaac, rétrogradé en "tempête tropicale" avançait doucement vers le nord-ouest.

Les autorités ont demandé aux habitants de la région de rester chez eux et ont prévenu qu'il faudrait encore attendre au moins une journée supplémentaire avant que les vents ne se calment et que les équipes de dépannage ne commencent à rétablir le courant.

Le gouverneur de Louisiane Bobby Jindal a confirmé qu'une personne était morte dans l'incendie d'une maison provoqué par les inondations, mais le nombre de victimes est pour le moment limité, très loin en tout cas du bilan de l'ouragan Katrina, qui avait causé la mort de plus de 1.800 personnes en 2005.

mso-bdx/jca

PLUS:afp