Des new-yorkais s'opposent au projet de ligne électrique du Québec

Publication: Mis à jour:
NEW YORK
New York. (Getty Images) | Getty Images

MONTRÉAL - Les stratégies politiques et le protectionnisme expliquent l'opposition à un projet de ligne de transmission de 2 milliards $ US qui acheminerait de l'électricité à rabais du nord de la frontière jusqu'à la ville de New York, avance un professeur spécialisé en politiques énergétiques à HEC Montréal.

Un groupe de 13 élus d'État formé de républicains et d'un démocrate soutient que cette nouvelle ligne de 1000 mégawatts — qui relierait le Québec à la ville de New York — minerait le pouvoir de l'industrie énergétique de l'État de New York en la privant d'emplois locaux, en plus de ne pas générer les 650 millions $ US d'économies annuelles promises aux consommateurs.

Dans une lettre adressée au gouverneur démocrate de l'État de New York, Andrew Cuomo, ces élus américains affirment que les ressources de l'État devraient servir à créer des emplois sur leur territoire plutôt que de les exporter vers un «pays étranger».

Le professeur agrégé à HEC Montréal Pierre-Olivier Pineau admet qu'une telle inquiétude est compréhensible en raison du protectionnisme adopté par les gouvernements provinciaux et d'État par le truchement de subventions allouées aux formes d'énergie renouvelable pour promouvoir les emplois verts.

Il soutient toutefois qu'il est illogique de s'opposer au projet, que ce soit d'un point de vue économique ou environnemental.

Selon M. Pineau, les États américains désireux de mettre la main sur plus d'énergie propre à bas prix n'auront d'autre choix que de considérer s'approvisionner au Québec ou au Labrador.

La ville de New York profite déjà d'une ligne électrique de 1500 mégawatts du Québec, qui aurait d'ailleurs la capacité de hausser son volume d'exportation. Mais la nouvelle ligne qui reliera Manhattan, grâce à des câbles installés dans les eaux de la rivière Hudson, permettra au Québec de fournir davantage aux heures de grande consommation à prix fort.

Des sénateurs new-yorkais ont ainsi exprimé leur opposition à ce projet dans une lettre envoyée au gouverneur Cuomo ainsi qu'à la commission régissant la transmission et la production d'énergie, qui devrait trancher dans le dossier d'ici quelques semaines.

Le projet de ligne Champlain-Hudson Power Express, mis de l'avant par l'entreprise d'Albany Transmission Developers, tentera d'alléger de deux à trois pour cent la facture d'électricité des foyers de la ville de New York. Le prix de l'énergie y est parmi les plus élevés et la demande est grande dans la Grosse Pomme.

Les factures d'électricité sont parmi les plus salées de l'Amérique du Nord pour les clients résidentiels et les entreprises de New York. L'an dernier, les taux pour les clients résidentiels s'établissaient à 22,15 cents par kilowatt-heure, contre 6,82 cents à Montréal, selon un rapport d'Hydro-Québec.