NOUVELLES

Netanyahu dénonce la réunion des Non-Alignés en Iran qui "nie l'Holocauste"

29/08/2012 01:45 EDT | Actualisé 29/10/2012 05:12 EDT

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dénoncé mercredi les pays devant participer au sommet des Non-Alignés à Téhéran en les accusant de cautionner le régime iranien qui "nie l'Holocauste" et veut "annihiler" l'Etat juif.

"Aujourd'hui, plus de 120 pays sont réunis à Téhéran et saluent un régime qui non seulement nie l'Holocauste, mais s'est engagé à annihiler l'Etat juif, à brutaliser son propre peuple tout en étant complice du meurtre de milliers de Syriens innocents", a indiqué un communiqué du bureau du Premier ministre en faisant référence au soutien de Téhéran au régime syrien confronté à une révolte depuis 17 mois.

"Au sein de la communauté internationale, il y en a beaucoup qui semblent n'avoir rien appris. Je pense que c'est une honte pour l'humanité", a ajouté M. Netanyahu à l'issue d'une rencontre avec le ministre président de la Basse-Saxe en Allemagne, David McAllister.

Les dirigeants d'une centaine de pays non-alignés, dont une trentaine de chefs d'Etat ou de gouvernement, doivent participer jeudi et vendredi à Téhéran à un sommet dont l'Iran espère profiter pour rompre l'isolement international où l'a plongé son programme nucléaire controversé.

Ce sommet se déroule dans un contexte tendu par les spéculations médiatiques et déclarations de responsables politiques sur la possibilité d'une frappe militaire israélienne contre les installations nucléaires iraniennes.

Le 23 août, Israël avait mis en garde le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, ainsi que plusieurs dirigeants internationaux, contre le "piège" de la "propagande iranienne" lors du sommet des Non-Alignés.

Seule puissance nucléaire --officieuse-- de la région, Israël considère que son existence serait menacée si Téhéran disposait de la bombe atomique.

L'Iran nie que son programme nucléaire ait des visées militaires, comme l'en accusent également les Occidentaux.

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a estimé récemment que le principal problème du monde islamique restait l'existence d'Israël, qualifié de "tumeur cancéreuse sioniste au coeur du monde islamique", des propos condamnés par Washington, Paris et Israël.

jlr/sb

PLUS:afp