NOUVELLES

Manifestation contre la fermeture d'un point de contrôle à Jérusalem-Est

29/08/2012 02:36 EDT | Actualisé 29/10/2012 05:12 EDT

Des dizaines de Palestiniens ont manifesté mercredi soir et lancé de pierres vers des policiers israéliens pour protester contre la fermeture d'un barrage à Jérusalem-Est qui va les obliger à passer par un autre checkpoint déjà très "embouteillé" pour aller au centre-ville.

La manifestation s'est produite à l'issue d'une réunion de protestation contre ce projet qui va contraindre les habitants du quartier de Ras Khamis à passer par l'important point de contrôle du camp de réfugiés palestiniens de Shuafat où le temps d'attente pour se rendre au centre de Jérusalem est très long, a constaté un journaliste de l'AFP.

Avant que des manifestants ne commencent à lancer des pierres, le mufti de Jérusalem Mohammad Hussein s'était rendu au barrage où il a annoncé qu'une prière sera organisée vendredi en signe de protestation.

L'Association pour les Droit Civiques, un mouvement israélien de défense des droits de l'Homme, a dénoncé dans un communiqué cette fermeture du barrage pour construire une "barrière de séparation".

"Un haut mur va se dresser à la place du barrage actuel", a affirmé l'Association.

Selon les autorités israéliennes, cette clôture est nécessaire pour empêcher l'infiltration de Palestiniens projetant des attentats.

Le quotidien d'opposition Haaretz a précisé que le barrage à Ras Khamis était l'un des deux points de passage pour les 65.000 Palestiniens du camp de Shuafat et que sa fermeture allait provoquer d'énormes embouteillages à l'autre point de contrôle qui se trouve à un peu plus d'un kilomètre de là.

Le journal a précisé que la Cour suprême avait statué que le point de passage principal devait être élargi avant la fermeture de celui de Ras Khamis soit fermé. Mais cette décision n'a pas été appliquée.

"Ras Khamis est un des quartiers situés dans les limites municipales de Jérusalem, mais qui est isolé du reste de la ville par une barrière de séparation", a déploré l'Association pour les Droits Civiques.

Jérusalem-Est a été annexée par Israël. Plus de 200.000 Israéliens vivent dans une douzaine de quartiers érigés dans cette partie de la ville. Aux yeux de la communauté internationale, cette annexion est illégale.

bur-scw-jlr/sb

PLUS:afp