NOUVELLES

Le tourisme en Syrie a reculé de 75% depuis le début de la crise (officiel)

29/08/2012 10:38 EDT | Actualisé 29/10/2012 05:12 EDT

Les recettes touristiques en Syrie ont baissé de 75,4% par rapport à la période précédant la révolte contre le régime de Bachar al-Assad, a indiqué le bureau du Premier ministre, cité mercredi par le quotidien gouvernemental Techrine.

Selon cette étude, le tourisme a généré au premier trimestre 2012 seulement 12,8 milliards de livres syriennes (178 millions de dollars au taux actuel) contre 52 milliards (un milliard de dollars au taux de l'époque). Quant au nombre de touristes, il a baissé de 76,4%.

Le mouvement de contestation contre le régime a commencé en mars 2011 et s'est militarisé au fil des mois en raison de la répression.

En 2010, le tourisme représentait 12% du PIB syrien, avec des recettes de 6,5 milliards de dollars et employait 11% de la population active. Le nombre d'emplois dans ce secteur a diminué en un an de 63,3%.

Aujourd'hui, beaucoup d'hôtels de la capitale sont occupés par des déplacés qui ont fui les zones de guerre, selon un journaliste de l'AFP.

Pour enrayer cette chute dramatique des recettes touristiques, la ministre du Tourisme, Hala Mohammad Nasser, avait proposé le mois dernier "d'inciter les Syriens vivant à l'étranger à venir passer leurs vacances dans leur pays".

Fuyant les violences qui ont fait plus de 25.000 morts selon une ONG syrienne, plus de 200.000 Syriens se sont réfugiés à l'étranger, selon le HCR.

L'économie syrienne est éreintée après 17 mois de révolte mais peut encore tenir, malgré les sanctions, grâce à l'aide de "pays amis" comme la Russie, l'Irak, l'Iran ou le Venezuela, selon des experts.

Tous les indicateurs sont au rouge: le PIB s'effondre, l'inflation atteint des sommets, le chômage grimpe et le déficit des comptes courants ne cesse de se creuser.

Selon cette même étude, les exportations de pétrole ont chuté de 44,4%, passant de 13.500 tonnes pour le quatrième trimestre 2011 à 7.500 tonnes au premier trimestre 2012.

Les importations de produits pétroliers ont en revanche augmenté de 3,3%, passant de 817 millions de dollars pour le quatrième trimestre 2011 à 844,2 millions de dollars au premier trimestre 2012.

En août et septembre 2011, les Etats-unis et l'Union européenne avaient interdit l'importation de pétrole et de produits pétroliers de Syrie. L'Europe achetait jusqu'alors 95% du pétrole exporté par la Syrie, soit un tiers des recettes du pays.

En mai 2012, le ministre syrien du Pétrole Soufiane Allaou avait affirmé que son pays avait subi près de quatre milliards de dollars de manque à gagner en raison de ces sanctions.

Par ailleurs, toujours selon l'étude, les investissements ont baissé de 85,7% au premier trimestre 2012 par rapport à la même période de 2011.

rim/sk/ram/vl

PLUS:afp