NOUVELLES

Le pétrole ouvre en baisse à New York après l'arrivée de l'ouragan Isaac

29/08/2012 09:30 EDT | Actualisé 29/10/2012 05:12 EDT

Les cours du pétrole ont ouvert en baisse mercredi à New York, les craintes sur les conséquences du passage de l'ouragan Isaac dans le golfe du Mexique s'atténuant et l'association professionnelle API prévoyant des réserves de brut en hausse aux Etats-Unis.

Vers 13H15 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI), pour livraison en octobre, perdait 11 cents à 96,22 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Les prix sont légèrement en baisse ce matin car il est prévu que la production pétrolière dans le golfe du Mexique retourne rapidement à la normale" après le passage de l'ouragan Isaac, de catégorie 1 sur l'échelle de Saffir-Simpson qui compte 5 degrés, ont relevé les experts de Commerzbank.

Après avoir touché les côtes américaines à l'extrême sud-est de la Louisiane mardi en début de soirée, l'oeil d'Isaac se dirigeait à 11H00 GMT vers le nord-ouest à la vitesse de 9 km/h, selon le Centre de surveillance des ouragans (NHC).

L'ouragan devrait balayer la Louisiane mercredi et jeudi avant de toucher le sud de l'Arkansas tôt vendredi.

Par précaution, environ 93% de la production de pétrole brut était mardi à l'arrêt dans le golfe du Mexique et 8 raffineries avaient décidé de fermer ou de réduire leur activité à l'approche de l'ouragan, selon un rapport du Département de l'Energie (DoE).

Les opérateurs "espèrent que ces fermetures seront transitoires et les dégâts minimums. C'est pourquoi les prix reprennent leur souffle et partent en baisse", a noté l'analyste Matt SMith, de Summet Energy.

Par ailleurs, notaient les experts de Commerzbank, le marché pâtissait de chiffres décevants publiés par la fédération professionnelle API, qui a fait état mardi soir d'une hausse de 5,5 millions de barils des stocks de brut aux Etats-Unis sur la semaine achevée le 24 août, en raison d'une hausse des importations du pays.

Les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires estiment toutefois que le DoE devrait annoncer dans la matinée un repli de 1,5 million de barils des réserves de brut du pays, ainsi qu'une baisse de 1,2 million de barils des stocks d'essence et un recul de 100.000 barils des stocks de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage).

Les cours étaient aussi emmenés à la baisse après un communiqué commun des ministres des Finances des puissances du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Japon), qui ont appelé mardi les pays pétroliers à "augmenter leur production pour satisfaire la demande".

Cet appel est lancé "dans l'espoir de mettre un frein à la hausse des prix du pétrole", a souligné M. Smith.

jum/soe/lor

PLUS:afp