NOUVELLES

Le colistier de Romney, Paul Ryan, entre en scène à la convention

29/08/2012 07:25 EDT | Actualisé 29/10/2012 05:12 EDT

Le colistier de Mitt Romney, Paul Ryan, un conservateur quadragénaire, entrait en scène mercredi soir à la convention républicaine à Tampa (Floride, sud-est) avec l'objectif de dynamiser le "ticket" républicain à dix semaines de l'élection présidentielle.

"Après quatre ans passés à tourner dans tous les sens, l'Amérique a besoin de changer de cap et l'homme qui peut le faire est le gouverneur Mitt Romney", devait affirmer Paul Ryan en se disant pour sa part "prêt à accepter l'appel de sa génération", selon des extraits de son discours diffusés à l'avance.

M. Ryan devait s'exprimer vers 22H00 locales (02H00 GMT jeudi) devant les milliers de délégués républicains réunis à Tampa qui l'avaient formellement désigné mardi pour être le colistier de Mitt Romney pour affronter le 6 novembre la paire démocrate Barack Obama-Joe Biden.

Quasiment inconnu des Américains, M. Ryan, 42 ans, est un élu du Wisconsin (nord) très conservateur sur les questions de société comme l'avortement et qui prône une réduction drastique des dépenses publiques. Il préside la commission du budget à la Chambre des Représentants.

Dans son discours, M. Ryan dénonce aussi de manière virulente la réforme de l'assurance santé du président Barack Obama. "Obamacare revient à plus de 2.000 pages de règlements, mandats, taxes et autres qui n'ont aucune place dans un pays libre", devait-il dire à la convention, en promettant qu'en cas de victoire le 6 novembre l'administration Romney abrogerait cette loi.

"Nous avons un projet pour renforcer les classes moyennes avec l'objectif de créer 12 millions d'emplois sur les quatre prochaines années", promet-il encore selon ces extraits, alors que l'économie est le sujet de préoccupation numéro un des Américains.

Le discours de Paul Ryan est l'un des temps forts de la convention républicaine qui s'achèvera jeudi avec l'intervention de Mitt Romney, au cours de laquelle ce dernier acceptera formellement sa nomination.

La mission de cet élu, adepte de musculation et par ailleurs amateur de chasse et de pêche, semblait clairement établie: être l'homme des idées du duo républicain en matière de politique économique, aider Mitt Romney à rallier l'aile conservatrice du parti et séduire la jeunesse.

M. Romney a lui fait campagne dans l'Indiana (nord) mercredi devant des anciens combattants où il a dénoncé la politique étrangère d'Obama et le déclin des Etats-Unis sur la scène internationale.

Il a ensuite rejoint de nouveau Tampa dans la soirée avant son heure de vérité jeudi en prime time devant des millions de téléspectateurs américains.

Mardi soir, il avait fait une apparition impromptue sur la scène du Tampa Bay Forum, où se tient la convention, embrassant son épouse Ann Romney qui venait d'y prononcer un vibrant discours.

Ce discours au cours duquel elle a raconté sa vie de mère et de couple était taillé pour séduire les femmes et "humaniser" son mari, un "homme qui n'échouera pas" mais souvent perçu selon les sondages comme trop lointain des préoccupations de l'Américain moyen.

Parmi les autres orateurs mercredi soir figuraient l'ex-secrétaire d'Etat Condoleezza Rice ou encore l'ex-candidat républicain à la présidentielle en 2008 John McCain.

Mme Rice est la seule membre de l'ancienne administration Bush à s'être vue attribuer une certaine visibilité à la convention, signe de la volonté de rupture du camp Romney avec l'ère Bush. Ni l'ancien président George W. Bush ni son père George Bush ni l'ancien vice-président Dick Cheney ne se sont rendus à Tampa.

De son côté, le président Obama, pas mécontent de rivaliser avec la convention républicaine et rompant avec une longue tradition de trêve, a fait campagne mercredi devant des étudiants de l'université de Virginie, à Charlottesville.

Comme en écho, la convention républicaine le lui a bien rendu: "c'est le pire président de toute l'histoire américaine. Il n'a rien fait", assurait un délégué républicain de Californie, Bruce Thompson, rencontré dans les couloirs.

bur-lb/rr/bdx

PLUS:afp