NOUVELLES

Kenya : deux policiers meurent de leurs blessures après les émeutes à Mombasa

29/08/2012 02:58 EDT | Actualisé 28/10/2012 05:12 EDT

Deux policiers kényans sont morts dans la nuit de leurs blessures, portant le bilan à 3 agents tués, après l'attaque à la grenade contre la police hier à Mombasa, ville côtière en proie à des émeutes depuis lundi, a indiqué la police mercredi.

"Nous avons perdu encore deux agents, ils ont succombé à leurs blessures dans la nuit", a déclaré le chef régional de la police Aggrey Adoli, qui a précisé que la situation était calme à Mombasa pour le moment.

Le bilan total des émeutes s'élèvent désormais à quatre personnes, y compris le civil retrouvé mort dès le premier jour de violences lundi.

Des centaines de jeunes sont descendus dans la rue pour protester contre le meurtre d'un prêcheur musulman radical, Aboud Rogo Mohammed, abattu dans sa voiture par des inconnus lundi à Mombasa, un crime qualifié d'exécution extrajudiciaire par plusieurs organisations musulmanes kényanes.

La police assurait cependant que le calme était revenu mercredi matin. "Nous n'avons aucun problème ce matin (...) même les transports publics fonctionnent normalement, et les magasins sont à nouveau ouverts", a déclaré à l'AFP M. Adoli.

"Nous avons déployé les patrouilles nécessaires dans les rues pour maintenir la paix", a ajouté le responsable policier.

Les deux policiers qui ont succombé à leurs blessures faisaient partie d'un groupe de douze policiers admis à l'hôpital après avoir été blessés par une grenade jetée contre leur véhicule par un groupe de jeunes émeutiers.

Aucun bilan d'éventuelles victimes du côté des émeutiers n'était disponible.

Des pays occidentaux -- France, Royaume Uni et Australie notamment -- ont appelé leurs ressortissants à la prudence à Mombasa. "D'autres troubles sont probables", a notamment averti Canberra, conseillant d'éviter les rassemblements publics.

Aboud Rogo Mohammed était sous le coup de sanctions de l'ONU et du Trésor américain, qui l'accusaient d'avoir levé des fonds et recruté des combattants pour les insurgés somaliens shebab, et il avait été poursuivi ou arrêté plusieurs fois par les autorités kényanes.

mom-pjm-bb/de

PLUS:afp