NOUVELLES

Ghana: le porte-parole de Gbagbo entendu vendredi par la justice (avocat)

29/08/2012 01:08 EDT | Actualisé 29/10/2012 05:12 EDT

Le porte-parole en exil de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, Justin Koné Katinan, interpellé la semaine dernière à Accra, comparaîtra vendredi devant la justice ghanéenne qui doit lui notifier les raisons de son arrestation, a indiqué mercredi son avocat.

Ce dernier, Patrick Sogbodjor, a annoncé avoir soumis une procédure d'"Habeas Corpus" - en vertu de laquelle le détenu peut connaître les motifs de sa détention - auprès du service des droits de l'Homme de la Cour suprême pour demander aux autorités ghanéennes de justifier l'arrestation et la détention de Justin Koné Katinan.

"Le service des droits de l'Homme de la Cour suprême a demandé (aux autorités) de présenter M. Katinan devant ce service pour lui indiquer les raisons de son arrestation et de sa détention", a déclaré Me Sogbodjor, ajoutant que l'audience était prévue pour vendredi.

M. Katinan est visé par un mandat d'arrêt international émis par Abidjan pour "crimes économiques". Il est en exil depuis la fin de la crise postélectorale ivoirienne (décembre 2010-avril 2011) qui a fait quelque 3.000 morts.

M. Katinan a été arrêté le 24 août par les services de sécurité ghanéens et écroué au Ghana.

Si le Ghana décide de poursuivre M. Katinan, ce dernier pourrait être extradé vers la Côte d'Ivoire. Cependant Me Patrick Sogbodjor a assuré que l'extradition de son client "ne peut pas se faire", arguant de son statut de réfugié politique.

Le régime du président ivoirien Alassane Ouattara a récemment renforcé sa pression sur le parti de l'ex-président Gbagbo en arrêtant dimanche le secrétaire général du Front populaire ivoirien (FPI) Laurent Akoun.

Ces arrestations surviennent en plein regain de tension en Côte d'Ivoire, après une vague d'attaques meurtrières contre les Forces républicaines (FRCI), l'armée ivoirienne.

bur-mjs/efr/jms

PLUS:afp