NOUVELLES

Des chefs religieux congolais appellent le Rwanda à "changer de politique" dans l'est de la RDC

29/08/2012 05:04 EDT | Actualisé 28/10/2012 05:12 EDT

Les chefs congolais de différentes confessions religieuses ont appelé le Rwanda à "changer de politique" dans l'est de la République démocratique du Congo, où Kigali est accusé de soutenir une rébellion se réclamant du Mouvement du 23 mars (M23).

"Les chefs des confessions religieuses demandent à Kigali de changer de politique et d'oeuvrer pour la paix et la coexistence pacifique entre les peuples de la région des Grands Lacs", indique une déclaration signée mardi, notamment par la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco).

"Ils demandent au Conseil de sécurité (de l'ONU) de prendre des mesures qui s'imposent pour mettre fin au M23 et aux autres forces négatives", que "toutes les interventions nocives du Rwanda" en RDC soient "documentées et que leurs auteurs soient traduits devant la justice internationale", ajoute le texte.

Début mai, des ex-rebelles intégrés dans l'armée en 2009 ont formé le M23, un petit mouvement de militaires mutins agissant au nord de Goma, dans l'est de la RDC. Depuis quelques semaines, les combats ont cessé mais quelque 250.000 personnes ont fui les violents affrontements qui restaient concentrés près de la frontière avec le Rwanda et l'Ouganda.

Des ONG, l'ONU et Kinshasa ont accusé le Rwanda de soutenir en hommes, en armes et munitions le M23 - ce que Kigali a toujours démenti, sans empêcher des sanctions financières des Etats-Unis, de l'Allemagne, des Pays-Bas, de la Suède et de la Grande-Bretagne.

"Comme le Rwanda a rejeté le rapport de l'ONU (l'accusant), les chefs religieux se sont réunis mardi pour confirmer que le Rwanda est impliqué. C'était pour appuyer le débat à l'ONU", qui pourrait aboutir à des santions, a précisé à l'AFP l'abbé Léonard Santedi, secrétaire général de la Cenco.

Une pétition inter-religieuse contre la guerre dans l'Est, lancée mi-juillet, a recueilli "plus d'un million de signatures", sur les 68 millions d'habitants de la RDC, avait déclaré à l'AFP l'abbé Santedi, s'exprimant après un décompte effectué samedi à Kinshasa.

Mardi soir, une délégation de chefs religieux a décollé pour New York afin de remettre la pétition au secrétaire général des Nations unies Ban ki-Moon, a constaté un journaliste de l'AFP. D'autres délégations devraient prendre contact avec le Conseil de sécurité ou se rendront dans quelques capitales européennes.

hab/sd

PLUS:afp