NOUVELLES

Yellow Média menace de se placer sous la protection de ses créanciers

28/08/2012 12:37 EDT | Actualisé 28/10/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Yellow Média (TSX:YLO) a menacé mardi de se placer sous la protection de ses créanciers si le plan de recapitalisation qu'il a conçu pour lui permettre de souffler et de se repositionner était rejeté lors d'assemblées extraordinaires qui auront lieu la semaine prochaine.

L'éditeur d'annuaires montréalais réduirait sa dette d'environ 2 milliards $ s'il devait recourir à une telle restructuration judiciaire.

«Remettre l'inévitable à plus tard affecterait négativement nos affaires, tout comme le ferait une restructuration longue, acrimonieuse et prolongée», a affirmé Marc Tellier, président et chef de la direction, lors d'une conférence téléphonique.

«Nous avons clairement présenté la meilleure alternative qui s'offre à nous, et si une recapitalisation n'est pas mise en place, nous pourrions avoir à envisager immédiatement d'autres options moins favorables pour la compagnie et ses actionnaires», a-t-il poursuivi.

Yellow dit avoir amendé la résolution approuvant la recapitalisation pour autoriser la société à mettre en place son plan en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) si jamais sa proposition actuelle se révélait «impossible pour quelque raison que ce soit».

Le conseil d'administration de Yellow Média a unanimement estimé que son plan de restructuration du capital représentait les meilleurs intérêts de la société après avoir étudié des suggestions émanant de ses principaux actionnaires, a signalé M. Tellier.

Un groupe de créanciers a déposé, plus tôt en août, une requête devant la Cour supérieure du Québec pour contester le plan actuel de Yellow Média.

Le groupe, qui représente des détenteurs de débentures convertibles subordonnées et non garanties portant intérêt à 6,25 pour cent, a indiqué qu'il parlait au nom de maints détenteurs institutionnels et de détail.

Les membres de ce regroupement souhaitent que l'entreprise retire son plan d'arrangement, qui lui semble injuste. Ils disent avoir l'intention de voter en sa défaveur.

Sans viser un groupe en particulier, Marc Tellier a déclaré que toute autre alternative de recapitalisation se devait d'«être réalisable dans le contexte financier actuel en tenant également compte des contraintes juridiques et financières existantes».

Il a insisté sur le fait que la proposition de Yellow Média offrait aux créanciers de moindre rang le meilleur rendement à long terme. Ce plan est, d'après lui, «sans précédent» si on la compare aux récentes recapitalisations.

«Nous croyons que le traitement réservé aux créanciers juniors grâce à cette recapitalisation est nettement plus intéressant par rapport à ce qu'ils auraient obtenu autrement», a fait valoir M. Tellier.

Selon les conditions de la proposition, les détenteurs de débentures convertibles, d'actions privilégiées et d'actions ordinaires recevraient 17,5 pour cent des nouvelles actions de l'entreprise en plus de toucher des bons de souscription d'obligations représentant 10 pour cent des nouvelles actions ordinaires.

Les prêteurs de facilités de crédit existantes et les détenteurs de billets se partageront pour 750 millions $ de billets garantis de premier rang, 100 millions $ de titres subordonnés non garantis, 82,5 pour cent des nouvelles actions et 250 millions $ en argent.

Dans l'ensemble, la proposition permettrait d'éliminer 1,1 milliard $ de la dette, ou 1,5 milliard $ en incluant les actions privilégiées.

PLUS:pc