NOUVELLES

Vision Montréal réclame plus d'autonomie pour la métropole

28/08/2012 05:05 EDT | Actualisé 27/10/2012 05:12 EDT

La chef de Vision Montréal, l'opposition officielle à la Ville, a présenté mardi ses demandes aux partis politiques, au 28e jour de la campagne électorale. Louise Harel demande « plus d'autonomie » pour la métropole, à l'instar de Toronto.

Mme Harel estime que les pouvoirs de décision sont éparpillés et fragmentés, ce qui nuit selon elle au dynamisme de Montréal.

« Dans l'état actuel des pouvoirs conférés par l'article 85.5 de sa Charte, Montréal ne peut procéder de façon définitive à des économies d'échelle et mettre fin au dysfonctionnement dans l'offre de services », a déploré la chef de Vision Montréal lors d'une conférence de presse.

L'opposition demande donc aux partis politiques de modifier la Charte de la Ville de Montréal afin « de lui octroyer le pouvoir de décider de l'organisation de sa gouvernance », comme c'est le cas à Toronto.

« Comme le gouvernement ontarien a su faire en donnant à Toronto ce statut d'autonomie, nous réclamons du prochain gouvernement du Québec l'équivalent pour Montréal », a déclaré Mme Harel.

Vision Montéal rappelle que le 1er janvier 2007, la Ville de Toronto a obtenu du gouvernement ontarien un statut particulier en matière d'autonomie et des pouvoirs étendus. Le Toronto Act accorde à la Ville l'organisation de sa gouvernance et de ses conseils locaux de même que la modification de ses quartiers électoraux et la composition de son conseil municipal.

Parmi les partis politiques qui se présentent aux élections, seule la Coalition avenir Québec (CAQ) promet de s'attaquer à la gouvernance de Montréal. La CAQ propose de diminuer les pouvoirs des arrondissements au profit de la ville centre, en éliminant notamment les 38 postes de conseillers d'arrondissement. Le parti de François Legault propose également de réduire le nombre de conseillers municipaux à moins de 50.

PLUS: