NOUVELLES

Tour d'Espagne/10e étape: Degenkolb puissance quatre, Rodriguez toujours leader

28/08/2012 12:10 EDT | Actualisé 28/10/2012 05:12 EDT

L'Allemand John Degenkolb (Argos-Shimano) a enlevé mardi sa quatrième victoire de la Vuelta 2012 lors de la 10e étape du Tour d'Espagne (190 km) entre Ponteareas et Sanxenxo, l'Espagnol Joaquim Rodriguez (Katusha) conservant, lui, le maillot rouge de leader.

Après avoir déjà levé les bras sur les 2e, 5e et 7e étapes, le jeune Allemand de 23 ans s'est adjugé une quatrième couronne mardi, réglant le sprint du peloton devant le champion de France Nacer Bouhanni (FDJ) et l'Italien Daniele Bennati (RadioShack).

Dans les derniers hectomètres qui se concluaient par un faux plat, Degenkolb s'est une nouvelle fois montré le plus puissant, résistant bien au retour du jeune Français Bouhanni.

Au classement général, cette étape relativement peu relevée n'a pas amené de changements substantiels: Rodriguez est toujours paré de rouge, avec 53 secondes devant le Britannique Froome (Sky), une minute sur l'Espagnol Contador (Saxo-Bank) et une minute 7 secondes sur Valverde (Movistar).

Tous ces favoris ont profité de la 10e étape pour prendre des forces en prévision du chrono de mercredi, qui peut provoquer des écarts importants.

Ce contre-la-montre individuel de 39,4 km entre Cambados et Pontevedra, agrémenté d'une côte de troisième catégorie, pourrait en effet redistribuer les cartes entre les favoris.

A l'arrivée, le leader de l'épreuve, Joaquim Rodriguez se projetait ainsi déjà sur ce contre-la-montre, exercice où le petit grimpeur catalan est nettement moins à l'aise que ses poursuivants Contador ou Froome.

"Je pense que ce sera dur. Mais le tracé n'est pas mal, avec peu de plat. Si je perdais une seule minute, ce serait magnifique parce que cela voudrait dire que je pourrais presque conserver mon maillot rouge. Je pense que j'accuserai un peu plus de retard, mais l'objectif est de perdre le moins de temps possible".

Valverde, 4e à 1 minute 07 sec, était sur la même longueur d'ondes: "Je préfère ce chrono, avec une bosse, à une épreuve toute plate. J'espère pouvoir bien résister demain (mercredi)".

Plus tôt dans la journée, deux coureurs, les Espagnols Javier Aramendia (Caja Rural), qui signait là sa quatrième chevauchée au long cours sur cette Vuelta, et Adrian Palomares (Andalucia), avaient constitué l'échappée du jour.

Partis au tout début de cette 10e étape, ils auront compté jusqu'à 6 minutes 40 sec d'avance sur le peloton. Mais celui-ci les aura contrôlés à tout moment et le duo, repris à 32 km du but, devait se résigner à subir la loi des sprinteurs.

Dans un final marqué par les bourrasques de vent, une dizaine de coureurs parmi lesquels le vainqueur de l'édition 2011, l'Espagnol Juan José Cobo (Movistar) ont décroché du peloton, perdant 2 minutes 40 au général.

Mercredi, la 11 étape, un contre-la-montre individuel de 39,4 km entre Cambados et Pontevedra, agrémenté d'une côte de troisième catégorie, pourrait redistribuer les cartes entre les favoris.

cle/jmt

PLUS:afp