NOUVELLES

"Situation préoccupante" mais pas de "menace" pour la sécurité alimentaire mondiale (G20)

28/08/2012 11:17 EDT | Actualisé 28/10/2012 05:12 EDT

La situation actuelle sur les marchés agricoles est "préoccupante" mais "aucune menace ne pèse à ce jour sur la sécurité alimentaire mondiale", a estimé mardi le G20, après une visioconférence entre la France, les Etats-Unis, le Mexique et les organisations internationales.

"Toutefois, le niveau élevé des prix place les pays importateurs de céréales en situation délicate. Le maïs et le soja étant particulièrement concernés, les éleveurs sont également touchés", ajoute le communiqué du ministère français de l'Agriculture, qui préside l'Agriculture Market Information System (AMIS), initiative du G20 créée en 2011.

Les pays attendent maintenant la publication du prochain rapport du département américain de l'Agriculture (USDA), prévu le 12 septembre, qui donnera de nouvelles prévisions de récolte et surveillent tout nouvel élément qui "pourrait justifier une convocation à brève échéance" du forum de réaction rapide.

Le directeur général de la FAO José Graziano da Silva a récemment estimé que les prix agricoles allaient "rester élevés et connaître une grande volatilité dans les dix années à venir", et a recommandé aux pays de constituer de stocks nationaux de produits alimentaires de base.

La France préside actuellement l'Agriculture Market Information System (AMIS) et le forum de réaction rapide, initiatives du G20 mise en place en 2011. L'AMIS est un système d'information mondiale chargé de prévoir les perspectives des marchés à court terme pour le blé, le maïs, le riz et le soja.

Quant au forum de réaction rapide, il réunit les responsables des administrations liées à l'agriculture des pays du G20 et huit autres pays (Espagne, Egypte, Nigeria, Thaïlande, Philippines, Pakistan, Bangladesh et Kazakhstan).

Il est destiné à apporter une réponse coordonnée en cas de forte tension sur les marchés, afin d'éviter notamment des interventions unilatérales susceptibles d'aggraver la situation.

Les Etats-Unis, producteur agricole de premier plan, connaissent depuis le mois de juin une forte sécheresse. Celle-ci a affecté de nombreuses récoltes, notamment celle de maïs attendue au plus bas depuis six ans, ce qui a propulsé les prix des matières agricoles sur les marchés à des niveaux records aussi bien en Europe qu'outre-Atlantique.

tib/ob/jms

PLUS:afp