Pacifiste américaine écrasée par un char israélien: la mère «profondément troublée» par la rejet de la plainte

Publication: Mis à jour:
RACHEL CORRIE
Rachel Corrie lors d'une manifestation. | PA

Cindy Corrie, mère de la pacifiste américaine Rachel Corrie, tuée en 2003 par un bulldozer militaire israélien s'est déclarée mardi "profondément troublée" après la décision d'un tribunal israélien de rejeter une plainte présentée par la famille.

"Nous sommes bien entendu profondément attristés et profondément troublés par ce que nous avons entendu aujourd'hui de la part du juge Oded Gershon", a affirmé Mme Corrie aux journalistes peu après la lecture du verdict par ce juge qui a statué qu'aucune négligence n'était à l'origine de la mort de Rachel Corrie.

"Nous croyons que la mort de Rachel aurait pu être évitée", a affirmé Mme Corrie la voix brisée par l'émotion.

"Nous savions dès le départ qu'une plainte civile serait une bataille difficile", a-t-elle également affirmé en soulignant qu'Israël "dispose d'un système bien huilé pour protéger ses militaires".

"Tout cela est mauvais pas seulement pour notre famille, mais c'est aussi un mauvais jour pour les droits de l'Homme, pour l'humanité, pour la loi et pour un pays comme Israël", a-t-elle ajouté.

Le père Graig a également dénoncé le jugement. "Je suis un vétéran de l'armée (américaine), en onze mois au Vietnam j'ai reçu neuf médailles. Je pense que le contrôle des militaires doit avoir lieu avant que ce genre d'incident se produise, nous avons vu que cela n'a pas été le cas" pour Rachel Corrie, a-t-il déclaré.

"Nous avons vu qu'au plus haut niveau militaire (israélien) on pense que l'on peut tuer impunément des gens à la frontière", a-t-il ajouté en faisant allusion à la ligne frontière entre la bande de Gaza et l'Egypte où sa fille a été tuée.

Rachel Corrie, 23 ans, a été écrasée le 16 mars 2003 sous les chenilles d'un bulldozer de l'armée alors qu'elle s'opposait avec d'autres membres du Mouvement international de solidarité (ISM) et des Palestiniens à la destruction d'une maison palestinienne à Rafah (sud de la bande de Gaza).

Des témoins, pacifistes et Palestiniens, ont affirmé que le bulldozer avait délibérément écrasé Rachel Corrie. Ils ont assuré que la manifestation s'était prolongée pendant plus de deux heures et que les militants étaient clairement visibles par le conducteur du bulldozer.

Le juge Oded Gershon du tribunal de Haïfa dans le nord d'Israël a confirmé les résultats l'enquête de la police militaire qui avait conclu que la mort de Rachel Corrie résultait d'un accident et non pas de négligences.

scw-hmw/jlr/hj

Sur le web

Israël: la plainte pour la mort d'une pacifiste américaine rejetée ...

Israël: rejet de la plainte pour la mort d'une pacifiste américaine

Israël: la plainte pour la mort d'une pacifiste américaine rejetée