NOUVELLES

Les shebab somaliens appellent les musulmans kényans à "protéger leur religion"

28/08/2012 05:09 EDT | Actualisé 27/10/2012 05:12 EDT

Les insurgés islamistes somaliens shebab ont appelé mardi les musulmans kényans à "protéger leur religion", au lendemain du meurtre du prêcheur radical Aboud Rogo Mohammed dans la ville côtière kényane de Mombasa.

"Les musulmans doivent prendre les choses en main, se lever, unis, devant l'infidèle, et prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger leur religion, leur honneur, leurs biens et leurs vies face aux ennemis de l'islam," ont-ils déclaré dans un communiqué posté sur leur compte twitter.

"Les musulmans kényans doivent comprendre qu'ils sont visés de façon délibérée à cause de leur identité religieuse et qu'aider leurs frères musulmans, en particulier en ces temps agités, est une obligation religieuse pour eux," ont-ils ajouté.

Des émeutes secouaient Mombasa pour le deuxième jour consécutif mardi, après le meurtre d'Aboud Rogo Mohammed, des centaines de jeunes caillassant des voitures et des magasins.

Les shebab, un mouvement rallié à Al-Qaïda avec lequel le Kényan Rogo était accusé d'entretenir des liens, appellent aussi les musulmans kényans à boycotter les prochaines élections du pays, prévues en mars, et de ne pas se laisser à nouveau "illusionner par les promesses" d'un gouvernement incapable de "protéger les droits des musulmans au Kenya".

Comme des organisations musulmanes kényanes, les shebab estiment que le meurtre de Rogo est une nouvelle exécution extra-judiciaire d'un musulman dans le pays. Le mouvement rappelle notamment le décès de Cheikh Samir Hashim Khan, un autre prêcheur dont le corps avait été retrouvé mutilé en avril à Mombasa.

Les shebab affirment encore que Rogo n'était pas "officiellement membre" de leur mouvement, mais que, "comme le reste des musulmans au Kenya, il partageait des liens religieux sacrés avec les moudjahidin".

Important prêcheur de Mombasa, Rogo était sous le coup de sanctions de l'ONU et du Trésor américain, qui lui reprochaient de menacer "la paix, la sécurité et la stabilité de la Somalie en fournissant une aide financière, matérielle, logistique ou technique aux shebab".

Il était accusé d'avoir recruté des "individus à Mombasa (...) pour les envoyer en Somalie afin, apparemment, de mener des actes terroristes". "En septembre 2008, Rogo avait organisé une réunion de levée de fonds à Mombasa pour aider à financer les activités des shebab", affirmaient encore en juillet l'ONU et le Trésor américain dans deux communiqués aux termes identiques.

mom-aud/bb/de

PLUS:afp