NOUVELLES

Le bénéfice de la Banque Scotia bondit de 57 pour cent au troisième trimestre

28/08/2012 08:29 EDT | Actualisé 28/10/2012 05:12 EDT

TORONTO - Le bénéfice de la Banque Scotia (TSX:BNS) a progressé de 57 pour cent au troisième trimestre, plusieurs de ses divisions ayant amélioré leur performance, tandis que la banque a aussi profité de la vente de son siège social à Toronto.

La banque a en outre haussé son dividende trimestriel de deux cents à 57 cents par action.

Le bénéfice net pour le plus récent trimestre s'est établi à 2,05 milliards $, soit 1,69 $ par action, en hausse par rapport à celui de 1,3 milliard $, ou 1,10 $ par action, pour la même période l'année dernière.

Le bénéfice par action de base de la Scotia, une mesure que la banque juge plus comparable aux prévisions des analystes, s'est établi à 1,22 $ par action. Selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters, les analystes misaient en moyenne sur un bénéfice par action de 1,19 $.

Le chiffre d'affaires de la Scotia a grimpé à 5,51 milliards $, contre 4,3 milliards $ un an plus tôt.

Les provisions pour les pertes de crédit — soit l'argent mis de côté pour se protéger contre les mauvaises créances — ont grimpé à 402 millions $, une croissance de 152 millions $ par rapport à la même période l'an dernier.

Les résultats trimestriels de la Scotia contiennent aussi un gain après impôts de 614 millions $ tiré de la vente de son siège social, la Scotia Plaza, une tour de 68 étages près du coin des rues torontoises King et Bay.

L'action de la Scotia a cédé mardi 4 cents à la Bourse de Toronto, pour clôturer à 52,90 $.

Dans la ventilation de sa performance, la banque a indiqué que ses activités canadiennes avaient vu leurs profits grimper à 521 millions $, par rapport à 426 millions $ l'année dernière.

«Le réseau canadien a affiché un trimestre remarquable ponctué par une excellente croissance des volumes, une gestion rigoureuse des charges et une baisse de la dotation au compte de correction de valeur», a affirmé dans un communiqué le président et chef de la direction de la Banque Scotia, Rick Waugh.

Les activités bancaires internationales ont réalisé un bénéfice net de 442 millions $, contre 343 millions $ un an plus tôt.

L'analyste John Aiken, de Barclays, a dit s'attendre à ce que la réaction initiale face aux résultats de la division internationale en soit une de déception, mais il croit que ce sentiment pourrait changer.

«Lorsque la poussière sera retombée, nous croyons que le marché va éventuellement considérer les résultats de la Scotia comme relativement plus solides que ceux de la Banque de Montréal, et qu'il va considérer toute performance relativement significative comme un intéressant point d'entrée», a-t-il écrit dans une note de recherche.

Les investisseurs s'attendaient à une croissance supérieure à la moyenne de la part de la Banque Scotia, compte tenu de ses activités internationales, a pour sa part noté Craig Fehr, spécialiste des marchés canadiens chez Edward Jones à St. Louis.

«Ils sont présents sur des marchés où il est présumé que la croissance devrait être bien meilleure», a-t-il jugé lors d'un entretien.

Les bénéfices de la gestion de patrimoine mondiale ont progressé de neuf pour cent à 284 millions $, tandis que ceux de sa division des services bancaires et marchés mondiaux ont atteint 398 millions $, en hausse de 31 pour cent, largement attribuable à ses solides revenus dans l'ensemble de ses diverses activités.

Les résultats ont été gonflés partiellement par le produit de la vente de la Scotia Plaza, et sur une base ajustée, ils se seraient traduits par une perte de 134 millions $.

La Banque Scotia est la plus internationale des grandes banques canadiennes, avec des activités en Amérique latine et dans les Caraïbes. Ses quelque 75 000 employés sont répartis dans 55 pays.

PLUS:pc