NOUVELLES

L'armée israélienne blanchie pour la mort d'une militante américaine à Gaza

28/08/2012 04:42 EDT | Actualisé 28/10/2012 05:12 EDT

HAÏFA, Israël - Un tribunal israélien a blanchi l'armée mardi pour la mort d'une jeune militante américaine écrasée par un bouteur israélien lors d'une manifestation dans la bande de Gaza en 2003, rejetant la plainte de ses parents, qui estimaient que le conducteur de l'engin avait agi de manière inconsciente.

Le verdict survient après une bataille judiciaire de sept ans lancée par la famille de Rachel Corrie, dont la mort reste un puissant symbole du conflit israélo-palestinien.

Pour les militants pro-palestiniens, Rachel Corrie est devenue une image frappante de ce qu'ils estiment être la dure répression du gouvernement israélien envers les Palestiniens. En Israël, elle est perçue comme une personne manipulée qui s'est elle-même mise en danger pour défendre ses idéaux.

La famille envisage de porter la cause en appel devant la Cour suprême israélienne, mais souhaite d'abord analyser le verdict avant de prendre sa décision.

Rachel Corrie, qui était âgée de 23 ans, a été écrasée à mort en mars 2003 alors qu'elle tentait de bloquer un bouteur de l'armée israélienne venu détruire la maison de la famille palestinienne chez qui elle logeait à Rafah, dans la bande de Gaza. L'incident s'est produit au plus fort du soulèvement palestinien, durant une période de violents affrontements entre l'armée israélienne et les militants palestiniens armés.

Les parents de la jeune militante ont porté plainte au civil deux ans après la mort de leur fille, après une enquête interne de l'armée israélienne qui a jugé qu'il s'agissait d'un accident. L'enquête avait aussi estimé que le conducteur du bouteur et les autres militaires présents dans la zone avaient agi de façon appropriée.

Les partisans de Rachel Corrie estiment que l'enquête a été bâclée et que le conducteur a agi de manière inconsciente, et qu'il a peut-être même volontairement écrasé la militante.

Dans le verdict rendu mardi, le juge Oded Gershon appuie la version des événements de l'armée. Rachel Corrie «s'est elle-même placée dans une situation dangereuse», écrit le juge, qui qualifie sa mort de «résultat d'un accident qu'elle a elle-même provoqué». Le juge a également estimé que l'enquête de l'armée avait été menée de façon appropriée.

La famille Corrie, originaire d'Olympia, dans l'État de Washington, semblait dévastée par le verdict.

«Nous sommes évidemment très tristes et très troublés par ce que nous avons entendu aujourd'hui», a déclaré la mère de Rachel, Cindy, âgée de 64 ans. «L'État (israélien) a travaillé extrêmement fort pour s'assurer que la vérité sur ma fille ne soit pas exposée, et pour que les coupables de sa mort ne soient pas tenus responsables.»

Son mari Craig, âgé de 65 ans, tenait le combiné du téléphone pour sa femme, dont la voix a vacillé quand elle a lu une lettre écrite par sa fille à un ami palestinien avant sa mort.

«La vie est très difficile. Les humains peuvent être gentils, braves et forts, même dans les circonstances les plus difficiles» affirme la lettre. «Merci d'exister, de montrer comment les bonnes personnes peuvent être, malgré toutes leurs difficultés.»

La famille avait réclamé des dommages-intérêts symboliques de 1 $ US, en plus des 200 000 $ US qu'elle affirme avoir dépensé en frais judiciaires au fil des ans.

Le procès s'est étalé sur 15 audiences et a impliqué 23 témoins. Le conducteur du bouteur, qui n'a jamais été identifié publiquement, a témoigné derrière un rideau. Il a toujours affirmé qu'il n'avait pas vu la militante. Les procureurs ont aussi fait valoir que Rachel Corrie était entrée volontairement dans une zone militaire fermée où se déroulait un violent conflit.

Rachel Corrie était membre du mouvement Solidarité internationale, une organisation pro-palestinienne dont les militants entrent dans les zones de conflit et tentent d'interférer avec les opérations militaires israéliennes dans la bande de Gaza et en Cisjordanie. Plusieurs membres de l'organisation ont été tués ou mutilés dans des confrontations avec l'armée israélienne.

PLUS:pc