NOUVELLES

La CEDH se penche sur le cas Ioulia Timochenko

28/08/2012 12:54 EDT | Actualisé 28/10/2012 05:12 EDT

STRASBOURG, France - STRASBOURG (Sipa) — La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a examiné mardi le recours déposé par les avocats de l'opposante ukrainienne Ioulia Timochenko, condamnée à sept ans de prison par la justice de son pays pour "abus de pouvoir" à l'issue d'un procès jugé politique par l'Union européenne et les Etats-Unis.

La décision sera mise en délibéré.

L'audience de la CEDH survient à la veille de la décision de la Haute cour ukrainienne dans le procès en appel de Mme Timochenko. L'ex-égérie de la Révolution orange de 2004, qui dirige aujourd'hui le principal parti d'opposition en Ukraine, avait écopé en octobre dernier de sept ans de prison, notamment pour abus de pouvoir, en raison d'un contrat d'importation de gaz russe dont elle aurait ordonné la signature illégalement en 2009.

Les avocats de la requérante, ainsi que sa fille Eugenia, venue à Strasbourg, ont allégué mardi que leur cliente était poursuivie et détenue pour motifs politiques, accusant le président Viktor Ianoukovitch, son grand rival qui a remporté l'élection en 2010, de l'avoir fait condamner pour l'empêcher de participer aux législatives prévues à l'automne.

Ils dénoncent également les conditions de sa détention. Mme Timochenko, qui souffre de graves problèmes de dos, avait observé une grève de la faim de près de trois semaines au printemps dernier pour protester contre des mauvais traitements qu'elle dit avoir subis en prison. L'avocat de l'Etat ukrainien, Me Nazar Koultchitski, a démenti ces accusations, affirmant que les blessures étaient soit antérieures, soit auto-infligées, sans pouvoir expliquer comment.

mw/div

PLUS:pc