NOUVELLES

Kenya: un mort et plusieurs blessés dans le deuxième jour d'émeutes à Mombasa

28/08/2012 05:22 EDT | Actualisé 28/10/2012 05:12 EDT

MOMBASA, Kenya - Les émeutes liées au meurtre d'un islamiste radical se sont poursuivies pour la deuxième journée consécutive mardi à Mombasa, la deuxième ville du Kenya. Un homme a été tué par une grenade et plusieurs personnes ont été grièvement blessées dans les affrontements entre les policiers et les manifestants, selon la police et des militants des droits de la personne.

Les troubles sont liés au meurtre, lundi, d'Aboud Rogo Mohammed, un homme que le gouvernement américain considère comme lié à un groupe terroriste. Il a été tué par balle alors qu'il circulait dans sa voiture avec sa famille.

Les militants des droits de la personne affirment que le meurtre s'inscrit dans une campagne d'exécutions extrajudiciaires et de disparitions forcées de présumés terroristes orchestrée par la police kényane. Mais le chef de la police, Mathew Iteere, a assuré qu'aucun policier n'était impliqué dans le meurtre.

Le meurtre d'Aboud Rogo Mohammed a provoqué des tensions à Mombasa, une ville portuaire fondée il y a des siècles par des commerçants musulmans originaires de la péninsule arabique, qui abrite aujourd'hui des centaines de milliers de personnes d'origine arabe et une importante communauté somalienne.

Un gardien de prison a été tué quand une grenade a été lancée sur un camion qui transportait des membres des forces de sécurité envoyés pour contrôler l'émeute, selon le chef de la police régionale, Aggrey Adoli. Au moins 13 policiers et membres des forces de sécurité ont été blessés, a-t-il ajouté.

M. Adoli a expliqué que la police avait été forcée d'empêcher l'émeute de dégénérer après la mort d'un manifestant lundi et les actes de vandalisme commis contre des églises chrétiennes et des commerces.

«Nous tentons de les contenir afin qu'il n'y ait pas d'autres victimes. Les décès et les destructions de propriétés ne mèneront à rien», a-t-il dit.

Hussein Khalid, de l'organisation Musulmans pour les droits de la personne, a déclaré que la police avait fait usage de gaz lacrymogènes contre des manifestants qui lançaient des pierres. Une personne a été poignardée et a été conduite à l'hôpital, selon lui.

Le directeur des poursuites publiques du Kenya, Keriako Tobiko, a formé une équipe pour enquêter sur la mort d'Aboud Rogo Mohammed. L'équipe, formée notamment de policiers, de membres de la Commission nationale des droits de la personne et de membres du Barreau, doit achever son enquête d'ici 14 jours.

Aboud Rogo Mohammed a récemment fait l'objet de sanctions des États-Unis et des Nations unies pour ses liens allégués avec la milice Al-Shabab, un groupe extrémiste somalien lié à Al-Qaïda. Il serait le cinquième extrémiste musulman tué ou mystérieusement disparu au Kenya depuis quatre mois, selon des militants des droits de la personne.

PLUS:pc