NOUVELLES

Jeux Paralympiques - Corée du Nord, un pionnier symbole de changement

28/08/2012 07:37 EDT | Actualisé 28/10/2012 05:12 EDT

La Corée du Nord participera pour la première fois de son histoire aux jeux Paralympiques qui débutent mercredi, un symbole du changement en cours dans ce pays où les personnes handicapées ont longtemps été ostracisées, selon les défenseurs des droits de l'homme.

La nageur Rim Ju-Song, 16 ans, amputé du bras et de la jambe gauche, sera l'unique athlète de la délégation nord-coréenne. Il bénéficie d'une invitation pour disputer le 50 m nage libre, car il n'a pas participé à des compétitions internationales et donc n'a pas pu réussir les minima qualificatifs.

"Il s'est entraîné très dur, mais je ne sais pas comment cela va se passer", a déclaré à l'AFP, Kim Sung-Chol, le médecin de l'équipe.

"L'essentiel est que nous participions aux Jeux pour accumuler de l'expérience, en espérant être davantage représentés aux prochains jeux Paralympiques (à Rio en 2016, ndlr) si l'on peut continuer à progresser", a-t-il ajouté.

La Corée du Nord avait envoyé une délégation plus fournie cette année aux jeux Olympiques, où elle a remporté quatre médailles d'or et deux de bronze, terminant 20e au tableau des médailles, sa meilleure performance depuis les JO de Barcelone en 1992.

A son retour, la délégation nord-coréenne a été accueillie triomphalement dans les rues de Pyongyang, la capitale, et invitée à un banquet par les autorités locales, selon la presse nord-coréenne.

Le handisport est loin de jouir d'une telle considération dans un pays où pendant des années les personnes présentant des déficiences physiques ou mentales subissaient des discriminations.

Par le passé, les handicapés étaient mis en quarantaine dans des camps et stérilisés de force, selon des militants sud-coréens et des rapports du Département d'Etat américain sur les droits de l'Homme.

La malnutrition aiguë des enfants augmentait en outre le taux d'invalidité dans le pays, selon les Nation Unies.

Mais les comportements sont en train de changer lentement, d'après des associations caritatives sur place. Selon elles, le gouvernement a mis en place un programme de santé pour les handicapés et un centre handisport a été crée à Pyongyang.

Le médecin de la délégation paralympique a déclaré que la Corée du Nord disposait d'un certain nombre d'athlètes handisport de bon niveau, en particulier en tennis de table et en haltérophilie, mais tous ont échoué à se qualifier pour Londres.

"Les Coréens aiment vraiment le sport. Aux jeux Paralympiques, c'est la première fois. Peut-être qu'à l'avenir on pourra sélectionner quelques bons athlètes et gagner des médailles."

Son voisin et rival sud-coréen envoie quant à lui des athlètes à tous les jeux Paralympiques depuis 1968. Il a remporté 279 médailles au total, dont 110 d'or.

phz/ia/jit/we/gf/jfm

PLUS:afp