NOUVELLES

DroitsHomme: la Fondation Kennedy s'entretient avec des officiels marocains

28/08/2012 10:20 EDT | Actualisé 28/10/2012 05:12 EDT

La délégation de la Fondation Robert-Kennedy, qui doit publier un rapport sur la situation au Sahara occidental au terme d'une visite au Maghreb, s'est entretenue mardi matin à Rabat avec le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), un organisme officiel marocain.

En provenance de Laâyoune, chef lieu du Sahara occidental, où elle a notamment rencontré ces derniers jours des élus locaux et des responsables d'associations indépendantistes sahraouies et pro-marocaines, la délégation a également échangé avec des parlementaires, selon sa présidente Kerry Kennedy.

De même source, elle devait prendre dans l'après-midi la direction de Tindouf, en Algérie, où se trouvent les camps de réfugiés sahraouis contrôlés par le Polisario, le mouvement indépendantiste.

Interrogée par l'AFP, Mme Kennedy n'a pas voulu faire d'autre commentaire. Elle a rappelé qu'un rapport serait publié par sa fondation, une organisation de défense des droits de l'Homme.

De son côté, le président du CNDH, Driss El-Yazami, a indiqué que la rencontre de près d'une heure avait été l'occasion d'aborder "la gestion du droit de manifester pacifiquement à Laâyoune", "la liberté des associations" et "l'instance Equité et réconciliation".

Un "colloque international" sur les actions de cette instance, créée en 2004 par Mohammed VI à l'adresse des victimes de violations des droits de l'Homme au cours des dernières décennies, se déroulera "les 6 et 7 janvier", a poursuivi M. El-Yazami, notant avoir invité la Fondation.

Le directeur du CNDH, dont les membres sont nommés par le roi, a aussi évoqué la tenue "en octobre d'un séminaire sur la gestion du droit de manifester pacifiquement au Maroc".

La visite de la Fondation Robert-Kennedy se déroule dans un contexte particulièrement sensible sur le Sahara occidental: le Maroc a retiré en mai sa confiance à Christopher Ross, l'envoyé spécial de l'ONU, jugeant ses positions "partiales". La Fondation Kennedy, déjà auteur d'une visite et d'un rapport début 2011, a elle-même été l'objet de réserves des autorités sur ce thème.

Le Maroc propose une large autonomie, sous sa souveraineté, au Sahara occidental, ex-colonie espagnole annexée en 1975, ce que rejette le Polisario.

jm-gk/ob/sbh

PLUS:afp