NOUVELLES

Décision de justice imminente sur la plus vaste colonie sauvage israélienne

28/08/2012 03:06 EDT | Actualisé 28/10/2012 05:12 EDT

Les habitants de la colonie israélienne de Migron attendaient toujours mardi une décision de la Cour suprême après avoir fait appel contre l'ordre d'évacuation de cette implantation sauvage emblématique, la plus vaste et la plus ancienne de Cisjordanie occupée.

La Cour suprême a accordé le mois dernier aux autorités israéliennes un délai d'un mois supplémentaire --jusqu'au 28 août-- pour évacuer Migron, une bataille juridique très suivie qui symbolise le bras-de-fer entre les colons et la justice israélienne.

L'Etat a décidé de ne pas s'opposer au recours en justice d'une partie des colons installés à Migron, qui refusent d'être évacués en assurant avoir acheté récemment à des Palestiniens une partie des terres sur lesquelles ils sont installés.

Un comité ministériel formé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui compte des colons parmi les membres de son gouvernement, a demandé à l'Etat de soutenir leurs revendications.

Mais la représentante du ministère de la Justice, Osnat Mandel, a indiqué mardi que "l'évacuation de la colonie se ferait dans les prochains jours", selon les médias israéliens.

La Cour suprême doit donner sa réponse mercredi ou jeudi, ont ajouté les médias.

Les cinquante familles vivant à Migron sont censées être évacuées vers un nouveau quartier construit par l'Etat à leur intention à deux kilomètres de la colonie.

Les représentants de l'implantation ont publié mardi un communiqué dans lequel ils se disent prêts à "attendre patiemment la décision des juges (de la Cour suprême) avec l'espoir qu'ils adopteront la position du comité ministériel pour les implantations et ne permettront pas que les droits des Juifs à acheter un terrain soient bafoués".

Israël considère comme illégales les colonies construites sans l'accord du gouvernement, et fait régulièrement détruire par ses services de sécurité de telles implantations, qui se limitent habituellement à quelques caravanes.

Aux yeux de la communauté internationale toutes les colonies israéliennes dans les Territoires palestiniens occupés, qu'elles aient ou non été autorisées par le gouvernement israélien, sont illégales.

mib/agr/feb

PLUS:afp