NOUVELLES

Ban assiste au sommet des non-alignés en Iran malgré les objections de Baird

28/08/2012 01:37 EDT | Actualisé 28/10/2012 05:12 EDT

OTTAWA - Le secrétaire général des Nations unies, Ban ki-Moon, s'est envolé mardi pour l'Iran, apparemment sourd aux objections du ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, qui l'a exhorté à boycotter le sommet du Mouvement des pays non alignés devant se tenir cette semaine à Téhéran.

Le bureau de M. Baird a rendu public une lettre de protestations bien sentie qu'il a envoyée à M. Ban la semaine dernière afin de lui demander de ne pas assister au sommet.

Le Canada a joint sa voix à celles des États-Unis et d'Israël, qui ont aussi publiquement dénoncé la décision du secrétaire général de participer à la rencontre, soutenant qu'il contribuerait ainsi à servir les intérêts du régime iranien.

John Baird a prévenu mardi que Téhéran exploiterait probablement la présence de Ban ki-Moon au sommet, qui réunira une centaine de pays, à des fins de propagande.

«Nous craignons que le fait qu'il soit présent là-bas ne permette au régime de se renforcer sur le plan politique, a-t-il indiqué, rappelant que l'Iran avait juré d'anéantir Israël et affichait un bilan désastreux en matière de droits de l'homme. Évidemment, nous l'avons fortement encouragé, comme l'ont fait plusieurs de nos alliés, à réfléchir à cela avant de partir.»

La missive envoyée par le ministre des Affaires étrangères au secrétaire général de l'ONU résume ces inquiétudes, qui font écho à celles d'Israël.

«Les dirigeants actuels de l'Iran utiliseront votre présence pour servir leurs objectifs odieux. Une telle visite ne fera que légitimer et excuser les actions passées de ce régime que le Canada considère comme la principale menace à la paix et à la sécurité mondiales aujourd'hui», peut-on lire dans la lettre datée du 23 août.

L'Occident croit que l'Iran cherche à se doter de la bombe atomique alors que celle-ci assure que son programme nucléaire ne vise qu'à produire de l'énergie. Les rumeurs concernant une possible frappe préventive d'Israël contre les installations nucléaires iraniennes ont récemment pris de l'ampleur.

Mardi, le bureau de Ban ki-Moon n'a fait aucune mention des objections du Canada, mais a noté que les États-Unis et Israël avaient demandé au secrétaire général de boycotter la rencontre à Téhéran.

Un porte-parole de M. Ban a déclaré que ce dernier profiterait de son voyage pour exprimer clairement au régime iranien les inquiétudes et les attentes de la communauté internationale concernant les problèmes pour lesquels il est urgent qu'il collabore et s'améliore non seulement pour la stabilité de la région mais aussi pour le bien-être de la population iranienne.

PLUS:pc