NOUVELLES

Attaque à la grenade à Mombasa: 16 policiers blessés dont deux gravement (police)

28/08/2012 10:21 EDT | Actualisé 28/10/2012 05:12 EDT

L'attaque à la grenade perpétrée mardi dans la ville côtière kényane de Mombasa contre un camion de police a blessé 16 policiers, dont deux gravement, a affirmé une source policière.

"Seize officiers ont été blessés, deux ont des blessures graves et ils ont tous été emmenés d'urgence à l'hôpital", a précisé la source sous couvert d'anonymat.

La Croix Rouge kényane avait un peu plus tôt annoncé l'attaque contre le camion de police, qui patrouillait dans les rues de Mombasa, en proie à des émeutes depuis le meurtre lundi d'un prêcheur islamiste, Aboud Rogo Mohammed, accusé de liens avec les insurgés islamistes somaliens shebab.

Selon la police, la grenade a été lancée à l'intérieur du camion de police, alors que les forces de l'ordre s'apprêtaient à intervenir pour disperser des jeunes réunis devant une église pour y mettre le feu.

"Je peux confirmer que les policiers ont été attaqués dans l'exercice de leurs fonctions, nous avons plusieurs blessés dont certains sérieusement, mais nous n'avons pas entendu parler de morts", a de son côté précisé Charles Owino, porte-parole adjoint de la police kényane.

Mardi matin, des centaines de jeunes, partis du quartier de la mosquée où Rogo prêchait, se sont dirigés vers le centre du port de Mombasa, deuxième ville du Kenya, s'en prenant, à coup de pierres, à des voitures et des magasins.

Les émeutes avaient éclaté lundi immédiatement après le meurtre de Rogo, tué par balles alors qu'il se trouvait dans son véhicule avec sa famille.

Rogo était sous le coup de sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU et du Trésor américain, accusé d'avoir levé des fonds et recruté, depuis Mombasa, des combattants pour les insurgés islamistes somaliens shebab, eux-mêmes ralliés à Al-Qaïda.

Plusieurs organisations musulmanes kényanes, ainsi que les shebab, ont dénoncé son meurtre, qu'ils qualifient d'exécution extrajudiciaire.

mom-aud/bb/sd

PLUS:afp