NOUVELLES

Syrie: massacres et tueries en 17 mois de révolte

27/08/2012 06:33 EDT | Actualisé 27/10/2012 05:12 EDT

Rappel des principaux massacres et tueries depuis le début de la révolte à la mi-mars 2011 en Syrie, qui s'est transformée en guerre civile en raison de la répression menée par le régime.

Les violences ont fait en 17 mois plus de 25.000 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

--2011--

- 23 mars: Au moins 100 personnes sont tuées par les forces de l'ordre lors de manifestations à Deraa (sud), noyau de la contestation (militants et témoins). Les autorités imputent les heurts à un "gang armé".

- 31 juil: Cent morts et des dizaines de blessés (militants) lors d'une vaste offensive de l'armée dans la ville rebelle de Hama (centre), que le pouvoir tente depuis plusieurs semaines de soumettre. Condamnations internationales. Barack Obama se dit "horrifié et le président du Parlement européen dénonce un "massacre".

--2012--

- 4 fév: Plus de 230 civils, dont des dizaines de femmes et d'enfants, sont tués en une nuit à Homs (centre) dans des bombardements de l'armée, selon l'opposition. Condamnations internationales. Paris estime que "le massacre de Homs est un crime contre l'humanité".

Le 1er mars, l'armée prend le contrôle de Baba Amr, bastion de la rébellion à Homs, après des semaines de siège et de bombardements (700 morts). Le 12, des militants affirment avoir découvert à Homs une cinquantaine de corps de femmes et d'enfants carbonisés, égorgés ou poignardés.

- 25 mai: Au moins 108 morts, dont 49 enfants et 34 femmes, dans un massacre dans la localité de Houla (province de Homs). Tollé international. Le Conseil de sécurité condamne les autorités syriennes, dénonçant "des bombardements par les chars et l'artillerie gouvernementale". En juin, un rapport d'une Commission d'enquête de l'ONU affirme que les forces pro-Assad sont responsables de nombreux morts.

- 6 juin: Au moins 55 personnes dont des femmes et des enfants sont tuées à Al-Koubeir, un hameau de la province de Hama, selon l'OSDH, qui, avec l'opposition, impute ce massacre aux "chabbihas" (miliciens pro-régime). Damas fait état de neuf victimes tuées par des "groupes terroristes", appellation officielle pour désigner rebelles et opposants.

- 12 juil: A Treimsa (province de Hama), des bombardements et des combats font plus de 150 morts, dont des dizaines de rebelles (ODSH). L'opposition et une partie de la communauté internationale qualifient l'opération de "massacre".

- 19 juil: Plus de 300 morts, en majorité des civils, dans la répression et les combats, un des bilans les plus lourds depuis le début de la révolte (OSDH).

- 26 août: Les rebelles annoncent la découverte à Daraya, près de Damas, d'au moins 320 corps, dont ceux d'au moins 15 femmes et 14 enfants, à la suite de plusieurs jours d'offensive de l'armée. L'opposition et des militants dénoncent un nouveau "massacre odieux du régime" en diffusant sur internet des images, non authentifiées, montrant des dizaines de corps gisant dans une mosquée ou dans une tranchée transformée en fosse commune. L'agence Sana affirme que l'armée a "nettoyé" Daraya de "terroristes mercenaires".

Le 27 août, l'OSDH rapporte que 14 nouveaux cadavres ont été retrouvés.

Les découvertes de corps de personnes victimes d'une exécution sommaire se multiplient depuis quelques semaines, en particulier à Alep (nord) et dans la région de Damas.

acm/hj

PLUS:afp