NOUVELLES

Open d'Australie: les organisateurs minimisent les menaces de boycott

27/08/2012 04:37 EDT | Actualisé 26/10/2012 05:12 EDT

Les organisateurs de l'Open d'Australie de tennis ont minimisé lundi les risques d'un boycott par les joueurs de la prochaine édition du tournoi en janvier 2013, motivé par un désaccord persistant dans l'attribution et le montant des gains des Grands Chelem.

Le journal anglais The Sunday Times a révélé la tenue d'une réunion de membres de l'ATP vendredi à New-York au cours de laquelle l'éventualité d'un boycott aurait été discutée, en présence du président du Conseil des joueurs, le N.1 mondial Roger Federer, qui a refusé d'évoquer ce qui s'y était dit.

Le directeur de l'Open d'Australie Craig Tiley, s'il reconnaît les problèmes liés à la répartition du "prize money", assure être "absolument convaincu qu'on verra les joueurs à Melbourne", indiquant qu'il travaillait sur un plan de compensation pour l'édition 2013.

Les changements souhaités ne concernent pas les stars bénéficiant des plus gros revenus comme Novak Djokovic ou Rafael Nadal mais consistent à gonfler les gains de ceux qui, éliminés dès les premiers tours, ont du mal à boucler leurs fins de mois lorsqu'ils ne sont pas membres réguliers du Top 100 au classement ATP.

L'immense majorité des professionnels du tennis doit payer elle-même tout au long de la saison des déplacements en avion qui les amènent bien souvent sur les cinq continents, en plus des dépenses du quotidien liées à leur staff et au matériel, pour un coût très élevé en cas d'élimination précoce s'ils ne bénéficient pas d'un lucratif contrat de sponsoring.

La mainmise sur le circuit du trio Federer-Nadal-Djokovic qui s'est partagé près d'un quart des gains sur les cinq dernières années a également suscité la grogne de leurs collègues. Des menaces de grève avaient déjà été agitées à l'encontre de Roland-Garros et de Wimbledon en avril dernier.

En réaction l'étape parisienne du Grand Chelem a augmenté de 20% ses dotations pour les vaincus au premier tour contre seulement 4,17% pour les demi-finalistes et le finaliste alors que tournoi londonien a pris des mesures similaires.

mfc/js/smr/jfm

PLUS:afp