NOUVELLES

Mercer: les salaires des employés non syndiqués augmenteraient de 3,2% en 2013

27/08/2012 02:28 EDT | Actualisé 27/10/2012 05:12 EDT

TORONTO - Les travailleurs canadiens non syndiqués peuvent s'attendre à des hausses de salaire de 3,2 pour cent en moyenne l'année prochaine, indique un sondage annuel publié lundi par Mercer.

La firme de consultants a affirmé que les hausses de salaire projetées seraient en phase avec les augmentations du salaire de base rapportées en 2012. Elles seraient aussi légèrement supérieures aux moyennes de trois pour cent en 2011 et de 2,9 pour cent en 2010.

Le coup de sonde sur les prévisions de rémunération, mené annuellement depuis 20 ans par Mercer, a été réalisé auprès de plus de 750 employeurs à travers le Canada et reflète les projections pour environ deux millions de travailleurs non syndiqués.

Les résultats couvrent les hausses de salaire des gestionnaires, cadres et professionnels, des travailleurs de bureau, clercs et techniciens, et ceux oeuvrant dans les secteurs du commerce, de la production et des services.

Mercer a laissé entendre que les résultats illustrent une tendance constante à la hausse qui verra aussi les employés les plus performants — quelque six pour cent de la main-d'oeuvre — profiter d'augmentations de salaire encore plus importantes, alors que les entreprises tentent de retenir l'expertise critique dans leurs rangs.

Le porte-parole Iain Morris a souligné que la rémunération en fonction de la performance représentait la «norme» et demeurait «une manière efficiente pour les employeurs de dépenser avec soin leur argent sur les employés ayant le plus d'impact».

Le sondage de Mercer montre que les employés les plus performants en 2012 ont reçu des hausses moyennes de salaire de 4,9 pour cent, comparativement à 2,9 pour cent pour les employés dans la moyenne qui constituent environ 60 pour cent de la main-d'oeuvre.

L'Ouest canadien devrait connaître encore les plus fortes augmentations, avec des projections moyennes de 3,3 pour cent en 2013, comparativement à 2,9 pour cent pour Montréal et Québec.

PLUS:pc