NOUVELLES

Marikana: menaces d'agression de grévistes contre les non-grévistes

27/08/2012 11:03 EDT | Actualisé 27/10/2012 05:12 EDT

L'un des meneurs des grévistes de la mine de Marikana a ouvertement appelé ses camarades à s'en prendre physiquement aux collègues mineurs qui ont repris le travail lundi, selon des propos recueillis par l'AFP.

"La police ne pourra pas les protéger tout le temps, la police ne dort pas avec eux dans leurs baraquements. Si tu vas travailler, tu dois savoir que tu vas en subir les conséquences", a déclaré Sandiso Mpumlwana, l'un des meneurs du mouvement.

Il haranguait ses camarades rassemblés depuis le matin à proximité du site où 34 grévistes "sauvages", réclamant un triplement de leurs salaires, ont été abattus par la police le 16 août.

Dix autres personnes, dont deux policiers, avaient trouvé la mort dans les jours précédents dans des affrontements entre partisans de syndicats adverses, celui majoritaire dans les mines NUM, et le petit syndicat ACMU, plus radical.

"Camarades, ces gars vivent parmi nous, nous les connaissons, alors pourquoi devrions-nous les laisser agir contre nous?", a interrogé Sandiso Mpumlwana, sous les applaudissements nourris des quelque 2.500 hommes regroupés, sans armes, non loin du lieu du massacre policier.

"Je dis: occupons nous d'eux lorsqu'ils reviendront du travail!", a-t-il lancé, estimant que ceux qui ont repris le travail avaient trahi les morts, tombés dans un conflit social pour obtenir de meilleurs salaires.

"Nous n'allons pas reprendre le boulot, la grève continue", avait dit à l'AFP quelques heures plus tôt Alfonso Mofokeng, un mineur venu du Lesotho.

"Nous savons que certains sont retourné travailler, ce comportement ne nous a pas échappé et nous allons nous en occuper", avait-il ajouté.

Dans le même temps, la direction de Lonmin, l'exploitant du site d'extraction de platine, assurait qu'elle devait rencontrer dans la journée des représentants des grévistes, en présence de dignitaires religieux agissant comme médiateurs.

sk-cpb/liu/jms

PLUS:afp