NOUVELLES

L'Egypte depuis l'élection de Mohamed Morsi

27/08/2012 12:14 EDT | Actualisé 27/10/2012 05:12 EDT

Principaux développements en Egypte depuis l'élection du président islamiste Mohamed Morsi qui a nommé lundi un chrétien, une femme et un salafiste comme assistants.

--2012--

- 23-24 mai: Les Egyptiens se rendent aux urnes pour élire un nouveau président, quinze mois après la chute de Hosni Moubarak sous la pression d'un soulèvement populaire.

- 14 juin: La Haute cour constitutionnelle (HCC) déclare "illégal" le Parlement dominé par les islamistes, en raison d'un vice dans la loi électorale. Les Frères musulmans parlent d'un véritable "coup d'Etat" orchestré par l'armée.

- 16-17 juin: Second tour de la présidentielle, qui met aux prises le candidat des Frères musulmans, Mohammed Morsi, et l'ultime Premier ministre de Moubarak, Ahmad Chafiq, considéré comme le candidat de l'armée.

- 17 juin: Le Conseil suprême des forces armées (CSFA), au pouvoir depuis la chute de Moubarak en février 2011, s'attribue le pouvoir législatif jusqu'à l'élection d'un nouveau Parlement, dans une Déclaration constitutionnelle complémentaire.

- 30 juin: Mohamed Morsi, déclaré vainqueur (51,73%), devient officiellement le premier président d'Egypte à ne pas être issu des rangs de l'armée.

- 8 juil: Le président Morsi ordonne de rétablir le Parlement. Le 10, la HCC contre-attaque en suspendant le rétablissement du Parlement, peu après une réunion de l'Assemblée en présence de députés des Frères musulmans et des salafistes.

- 14-15 juil: La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton s'entretient avec M. Morsi et le maréchal Hussein Tantaoui, chef du CSFA.

- 24 juil: Le ministre sortant de l'Irrigation Hicham Qandil, un indépendant, est désigné Premier ministre. Le 2 août, il présente son gouvernement, dont la composition reflète un délicat dosage entre indépendants, islamistes proches de Morsi et personnalités du cabinet sortant nommé par les militaires.

- 5 août: Seize gardes-frontières égyptiens sont tués dans le Sinaï près de la frontière avec Israël et Gaza. L'armée mène depuis une large offensive contre les groupes islamistes extrémistes dans la péninsule. M. Morsi limoge le chef des services de renseignements.

- 12 août: Le président Morsi écarte le ministre de la Défense et chef de l'armée, le maréchal Hussein Tantaoui, et annule les larges prérogatives politiques dont bénéficiaient les militaires. Il s'attribue le pouvoir législatif et nomme un vice-président, le juge Mahmoud Mekki.

- 23 août: M. Morsi ordonne la libération d'un journaliste placé en détention préventive plus tôt dans la journée sur décision de justice qui avait provoqué un tollé. C'est la 1ère fois que M. Morsi publie un décret ayant force de loi, depuis qu'il s'est attribué le pouvoir législatif.

- 27 août: Le chef de l'Etat nomme un intellectuel chrétien copte et une femme professeur d'université comme "assistants présidentiels". Deux autres personnalités sont choisies dans le camp islamiste: le dirigeant du parti salafiste al-Nour et un responsable du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), la formation des Frères musulmans.

acm/sb

PLUS:afp