POLITIQUE

Légionellose : un rapport qui met le PLQ dans l'embarras

27/08/2012 01:25 EDT | Actualisé 27/10/2012 05:12 EDT
Alamy

Un rapport du ministère de la Santé datant de 2009 indique que le nombre de cas de contamination à la légionellose a plus que triplé au Québec au cours du premier mandat du Parti libéral du Québec (PLQ).

Ce rapport embarrasse le ministre libéral de la Santé, Yves Bolduc. Celui-ci soutenait en fin de semaine que le Parti québécois (PQ) devait porter la responsabilité de la crise de la légionellose. Selon lui, la légionellose n'avait pas posé problème depuis l'arrivée du PLQ au pouvoir, en 2003.

Yves Bolduc croit que la priorité en ce moment est de soigner les gens atteints. « Ce qui est important, ce n'est pas de blâmer, c'est de travailler pour les soins aux patients et, également, de corriger la situation. »

Plus tôt en matinée, le chef libéral Jean Charest a déclaré que son gouvernement assumera la part de responsabilité qui lui reviendra.

Le bilan des victimes de la légionellose s'est encore alourdi en fin de semaine. Il est maintenant question de 104 personnes atteintes et de 8 décès.

Entretien coûteux

Selon le propriétaire de l'entreprise spécialisée en mécanique du bâtiment Gestherm, Jésaël Gauthier, il est de plus en plus évident que la crise actuelle est causée par une tour à refroidissement dont l'entretien a été négligé.

« Je dirais qu'il y a 90 % de chances que ce soit un condenseur ou une tour d'eau qui n'était pas traitée du tout parce que pour ceux qui sont traités, il peut y avoir de la légionelle, mais pas à des niveaux qui pourraient contaminer autant de personnes », a-t-il expliqué.

M. Gauthier précise qu'il en coûte de 3000 $ à 10 000 $ par année pour entretenir une tour de refroidissement. Le nombre de cas de contamination à la légionellose étant habituellement beaucoup moins important, certains propriétaires et gestionnaires ne voient pas l'utilité d'y investir autant, a-t-il ajouté.

INOLTRE SU HUFFPOST

Jean Charest en campagne