NOUVELLES

Le pétrole en baisse à New York malgré l'approche de la tempête Isaac

27/08/2012 09:56 EDT | Actualisé 27/10/2012 05:12 EDT

Les cours du pétrole évoluaient en baisse lundi à New York, après une ouverture en hausse, les menaces de la tempête Isaac sur le golfe du Mexique, où se situe une grande partie de la production de brut américain, s'atténuant.

Vers 13H25 GMT, le baril de référence pour livraison en octobre perdait 85 cents à 95,30 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Les inquiétudes à propos de la tempête Isaac se sont un peu atténuées", a expliqué John Kilduff, analyste à Again Capital. "Il semble qu'elle ne soit pas assez forte pour créer des dégâts très importants".

Selon le dernier bulletin du Centre américain de surveillance des ouragans (NHC) diffusé à 12H00 GMT, la tempête tropicale Isaac semblait moins dispersée tandis que ses vents, poussant jusqu'à 100 km/h en rafales, avançaient dans le golfe du Mexique en direction de l'Alabama, de la Louisiane et du Mississippi où les autorités ont décrété dimanche l'état d'urgence.

Quelques minutes avant l'ouverture de la séance dans les échanges électroniques, le brut gagnait toutefois plus d'un dollar.

Cette envolée était liée à des craintes "d'une possible chute de la production dans le golfe du Mexique où se situent 23% de la production de brut américaine, 7% de la production de gaz et près de la moitié des capacités de raffinage" des Etats-Unis, selon les experts de Commerzbank.

Selon le Bureau of Safety and Environmental Enforcement, l'agence américaine qui rassemble les données fournies par les grands groupes pétroliers, environ 24,19% de la production journalière de brut du golfe du Mexique a été arrêtée à cause de la tempête Isaac.

"Non seulement faut-il s'inquiéter des dommages provoqués par le vent mais aussi, comme nous l'avons appris des précédentes tempêtes, des potentiels dégâts causés par les inondations", a noté l'analyste Phil Flynn, de Price Futures Group.

De plus, cette baisse de la production "va probablement conduire à une nouvelle baisse des niveaux de réserves américains", selon les analystes de Commerzbank.

Selon les chiffres du ministère américain de l'Energie, les stocks de pétrole brut ont enregistré une baisse de près de 20 millions de barils en un mois, après avoir atteint un plus haut en 22 ans début juillet.

jum/ppa/sam

PLUS:afp