NOUVELLES

Le bilan de l'incendie dans une raffinerie du Venezuela passe à 41 morts

27/08/2012 05:27 EDT | Actualisé 27/10/2012 05:12 EDT

PUNTO FIJO, Venezuela - Le bilan de l'incendie qui fait rage depuis trois jours dans la plus grande raffinerie de pétrole du Venezuela est passé à 41 morts et les flammes se sont propagées à un troisième réservoir, ont déclaré les autorités lundi.

Le vice-président vénézuélien, Elias Jaua, a annoncé sur Twitter qu'un troisième réservoir venait de s'enflammer à la raffinerie d'Amuay. L'incendie s'est déclenché après une puissante explosion survenue samedi.

Environ 150 personnes ont aussi été blessées dans le désastre, dont 33 qui sont toujours hospitalisées, a indiqué la procureure générale Luisa Ortega lors d'une conférence de presse dans le complexe de la raffinerie.

«Nous n'avons pas encore tous les éléments pour déterminer la cause de l'accident», a déclaré Mme Ortega.

Les résidants du quartier situé près de la raffinerie ont affirmé n'avoir reçu aucun avertissement avant l'explosion, qui s'est produite vers 1 h du matin samedi.

«Ce qui nous dérange, c'est qu'il n'y a eu aucun signal d'alarme. J'aurais aimé qu'une alarme se déclenche», a déclaré Luis Suarez, employé dans une banque du quartier. «Plusieurs résidants se sont réveillés en pensant qu'il s'agissait d'un tremblement de terre.»

La force de l'explosion a pulvérisé des murs et fait voler des vitres en éclats, laissant des rues jonchées de débris.

Les résidants du secteur ont indiqué avoir senti de fortes émanations provenant de la raffinerie à partir de 19 h ou 20 h vendredi soir, soit quelques heures avant l'explosion. Mais plusieurs ont indiqué qu'ils ne s'étaient pas inquiétés parce qu'ils avaient déjà senti des odeurs sembables auparavant.

Puis, un nuage de gaz s'est enflammé et a explosé dans un secteur de la raffinerie où se trouvent des réservoirs de pétrole. Certains réservoirs brûlaient toujours lundi et dégageaient une épaisse fumée noire.

Le président Hugo Chavez s'est rendu à la raffinerie dimanche. Dans une conversation télévisée, un responsable de l'entreprise nationale de pétrole a indiqué que les employés de la raffinerie avaient fait leur ronde de surveillance à 21 h et n'avaient rien constaté d'anormal. Mais vers minuit, des employés ont détecté une fuite de gaz et «sont descendus dans la rue pour bloquer la circulation», a indiqué le responsable.

«Et ensuite, quelque chose s'est produit et a déclenché l'explosion», a dit le président Chavez. «Une étincelle quelque part.»

La raffinerie d'Amuay fait partie des plus grandes du monde. Elle est située dans le centre de raffinage Paraguana, qui comprend aussi la raffinerie Cardon. Ensemble, les deux raffineries traitent environ 900 000 barils de pétrole brut par jour.

Le désastre survient un peu plus d'un mois avant l'élection présidentielle au Venezuela. Le candidat de l'opposition, Henrique Capriles, a estimé que l'incident ne devait pas être politisé, mais il a réitéré ses critiques passées au sujet des accidents dans les raffineries du pays.

«Les accidents surviennent pour une raison, et les Vénézuéliens s'attendent à une réponse concluante, à une enquête responsable et transparente afin de comprendre la situation», a déclaré M. Capriles lors d'une conférence de presse.

PLUS:pc