NOUVELLES

La plupart des Américains pensent que les riches ne paient pas assez d'impôts

27/08/2012 08:05 EDT | Actualisé 27/10/2012 05:12 EDT

WASHINGTON - Alors que le fossé entre les riches et les pauvres s'élargit aux États-Unis, la plupart des Américains pensent que les riches ne paient pas assez d'impôts, selon un nouveau sondage publié lundi.

Les résultats du sondage du Pew Research Center représentent un défi pour le candidat républicain à la présidence, Mitt Romney, dont les politiques sont généralement perçues comme plus favorables aux riches qu'aux gens de la classe moyenne et aux pauvres.

Le sondage montre que la majorité des Américains pensent que les gens riches sont intelligents et qu'ils travaillent fort, mais aussi qu'ils sont cupides et moins honnêtes que l'Américain moyen. Six répondants sur dix, soit environ 58 pour cent, estiment que les riches ne paient pas assez d'impôts, tandis que 26 pour cent pensent qu'ils paient leur juste part. Huit pour cent des sondés pensent que les riches paient trop d'impôts.

Plus de la moitié (52 pour cent) des sondés qui se réclament de la «classe supérieure» ou de la «classe moyenne supérieure» estiment que les Américains les plus riches ne paient pas assez d'impôts, contre 10 pour cent qui pensent qu'ils en paient trop.

Dans le tiers des Américains les plus riches, 62 pour cent ont déclaré qu'ils avaient une meilleure sécurité financière qu'il y a dix ans, comparativement à 44 pour cent pour les répondants de la classe moyenne, et 29 pour cent pour les répondants de la classe la plus pauvre.

La publication du sondage survient au moment où les deux candidats à la présidence, la démocrate Barack Obama et le républicain Mitt Romney, tentent de rallier le soutien de nombreux électeurs qui s'identifient à la classe moyenne, mais qui éprouvent des difficultés financières. M. Romney soutient les baisses d'impôts adoptées sous la présidence de George W. Bush, qui s'appliquent à tout le monde, incluant les millionnaires. Il estime que ses politiques bénéficieront à la classe moyenne en relançant l'économie et en créant des emplois.

«Le fait que M. Romney puisse être considéré comme un riche ne pose pas nécessairement de problème à sa candidature», a estimé Kim Parker, directrice associée chez Pew Social & Demographic Trends. «Le défi pour lui, c'est plutôt le fait qu'une large majorité d'électeurs pense que s'il est élu président, ses politiques vont probablement bénéficier aux pauvres.»

Selon les résultats du Pew Research Center, environ 63 pour cent des Américains pensent que le Parti républicain favorise les riches plutôt que la classe moyenne et les pauvres, et 71 pour cent pensent que l'élection de Mitt Romney à la présidence serait une bonne nouvelle pour les riches.

Le sondage s'ajoute à une série de données économiques qui montrent que l'écart entre les riches et les pauvres s'accroît aux États-Unis. La classe moyenne américaine rétrécit et le taux de pauvreté approche des niveaux des années 1960, tandis que la richesse se concentre au sommet de la pyramide sociale.

Environ 65 pour cent des Américains estiment que le fossé entre les riches et les pauvres s'est élargi au cours de la dernière décennie, tandis que 20 pour cent pensent qu'il est resté le même. Cinquante-sept pour cent des répondants pensent que l'élargissement de ce fossé est mauvais pour la société.

Le sondage a été mené par le biais d'entrevues téléphoniques avec 2508 adultes, du 16 au 26 juillet. Il comporte une marge d'erreur de 2,8 points de pourcentage.

PLUS:pc