NOUVELLES

Destruction de mausolées en Libye: des ONG réclament des mesures concrètes

27/08/2012 01:59 EDT | Actualisé 27/10/2012 05:12 EDT

Plusieurs organisations de la société civile ont exhorté les autorités libyennes à prendre des mesures concrètes pour mettre fin à la destruction de monuments et mausolées musulmans par des extrémistes, dans une lettre reçue lundi par l'AFP.

Dans ce texte adressé au Congrès général national (CGN), issu des premières élections libres du pays, une vingtaine d'organisations demandent au Congrès d'"agir immédiatement et de prendre immédiatement toutes les mesures nécessaires pour empêcher des actes illégaux".

"Vous devez, en tant que notre autorité légitime élue, agir maintenant", ajoutent-elles.

"Nous apprécions les efforts du CGN après la convocation du gouvernement pour audition mais nous n'avons vu aucune action dans les rues", écrivent-elles encore, faisant état d'autre tentatives de destructions de monuments à Tripoli.

Le chef du gouvernement ainsi que les ministres de l'Intérieur et de la Défense avaient été convoqués dimanche devant le CGN pour répondre aux questions des députés qui accusent les forces de sécurité de laxisme, voire d'implication dans la destruction de monuments et de mausolées.

A l'issue de cette séance, le ministre de l'Intérieur Fawzi Abdelali avait présenté sa démission pour protester contre les critiques acerbes du CGN.

Des islamistes radicaux avaient démoli samedi à coup de pelleteuse le mausolée d'Al-Chaab al-Dahmani à Tripoli et profané le tombeau de ce sage, lieu de pèlerinage pour certains musulmans, notamment les soufis.

Des intégristes avaient également détruit des mausolées à Zliten et Misrata dans l'ouest du pays, provoquant l'indignation de la société civile mais aussi des autorités.

Le président du CGN, Mohamed al-Megaryef, avait immédiatement dénoncé la destruction du patrimoine culturel et musulman libyen, promettant de poursuivre les responsables, tandis que des manifestations ont eu lieu dimanche et lundi pour dénoncer l'extrémisme et le chaos.

Des dizaines de représentants de la société civile ont manifesté lundi devant le CGN pour réclamer des actions concrètes du gouvernement contre ces destructions, a constaté un photographe de l'AFP.

Dans leur lettre adressée au président et aux membres du Congrès, les représentants de la société civile ont en outre dénoncé l'intimidation et des menaces proférés contre des manifestants.

Ils ont appelé le CGN a garantir la sécurité des sites menacés ainsi que des manifestants pacifiques.

ila/sbh

PLUS:afp