NOUVELLES

Canada: la reprise des cours contestée et perturbée à Montréal

27/08/2012 12:18 EDT | Actualisé 27/10/2012 05:12 EDT

Des groupes d'étudiants favorables à la poursuite de la grève des cours dans les universités de Montréal ont perturbé lundi la reprise, qui s'est déroulée sous la surveillance de la police dans certaines facultés.

Des policiers casqués ont remis un avis d'expulsion à un groupe de contestataires qui se sont rassemblés dès lundi matin dans un bâtiment de l'Université de Montréal.

"La plupart sont partis dans l'ordre", a indiqué à l'AFP une porte-parole de la police de la grande ville québécoise. Il n'y a eu aucune arrestation.

Le conflit, déclenché en février, porte sur la hausse des frais de scolarité de 82% sur sept ans, décidée par le gouvernement libéral sortant de Jean Charest. Il a donné lieu à une longue grève des cours et à de nombreuses manifestations, dont certaines marquées par des violences, mais le déclenchement d'élections législatives, prévues le 4 septembre, a conduit la plupart des associations étudiantes à opter pour une trêve ou la reprise des cours.

Des groupes de militants --certains étant masqués, d'autres munis de casseroles-- ont également pénétré lundi dans les locaux de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), dont certaines facultés, comme celle de Sciences humaines, avaient voté en faveur de la poursuite de la grève.

Leur arrivée a suscité des réactions verbales hostiles d'étudiants souhaitant reprendre les cours pour ne pas risquer de perdre leur année universitaire.

Contrairement à la situation à l'Université de Montréal, la police n'a pas été sollicitée pour intervenir à l'UQAM, où certains cours ne devaient débuter qu'à midi.

via/jl/sam

PLUS:afp