NOUVELLES

Poursuite des violences au Soudan: des dizaines de morts en trois jours

26/08/2012 03:42 EDT | Actualisé 26/10/2012 05:12 EDT

Les combats entre rebelles et forces régulières dans l'Etat soudanais du Kordofan-Sud ont fait des dizaines de morts dans les deux camps en trois jours, selon des sources de l'armée et de la rébellion dimanche.

Les rebelles de la branche nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM, ex-rebelles sudistes) ont affirmé que les combats se poursuivaient depuis vendredi dans le village d'Al-Moreib (nord-est du Kordofan-Sud).

"Jusqu'à présent 61 hommes dans le camp ennemi ont été tués et un grand nombre de soldats blessés", a précisé le groupe dans un communiqué. "Nous avons eu cinq martyrs et sept autre combattants ont été blessés".

Les rebelles avaient affirmé vendredi avoir tué 16 soldats gouvernementaux qui avaient attaqué et pillé le village d'Al-Moreib au Kordofan-Sud, une région en proie à un conflit sanglant depuis plus d'un an.

L'armée avait affirmé samedi avoir chassé du secteur les rebelles qui "terrorisaient et intimidaient" la population. Elle a déploré la mort d'un soldat et affirmé avoir tué une vingtaine de rebelles.

Il n'est pas possible de vérifier ces bilans, l'accès à la région étant interdit par les autorités.

Les rebelles accusent le gouvernement de multiplier les attaques contre au Kordofan-Sud (sud du Soudan) afin d'empêcher les agences humanitaires d'aider les centaines de milliers de civils affectés par les combats qui ont commencé en juin 2011.

Le pouvoir à Khartoum a rejeté ces accusations, en affirmant qu'il était engagé en faveur de l'acheminement d'une aide humanitaire dans cette zone, en application de l'accord signé le 5 août avec l'ONU, l'Union africaine et la Ligue arabe, permettant l'accès humanitaire au Kordofan-Sud et au Nil Bleu.

Des combats similaires ont éclaté dans l'Etat du Nil Bleu, toujours dans le Sud, en septembre.

Le nombre de civils affectés par la guerre dans ces deux Etats a plus que doublé depuis décembre, s'élevant à 650.000 personnes selon l'ONU.

Le Soudan accuse le Soudan du Sud de soutenir les rebelles du Kordofan-Sud, qui s'étaient battus aux côtés des Sudistes pendant la guerre civile (1983-2005) ayant abouti à la partition du Soudan du Sud en juillet 2011. Juba rejette ces accusations.

it/tp

PLUS:afp