NOUVELLES

Neil Armstrong, le premier homme sur la Lune, est mort à 82 ans

26/08/2012 04:18 EDT | Actualisé 25/10/2012 05:12 EDT

CINCINNATI - CINCINNATI, Ohio (Sipa) — Neil Armstrong, l'homme qui avait fait faire un "bond de géant" à l'humanité en étant le premier homme à poser le pied sur la Lune, est décédé samedi à l'âge de 82 ans. L'ancien astronaute américain a succombé à des complications suite à une intervention cardio-vasculaire, a précisé sa famille dans un communiqué.

Neil Armstrong commandait le vaisseau spatial Apollo 11 qui s'est posé sur la Lune le 20 juillet 1969. Ses premiers mots sont restés dans l'histoire: "C'est un petit pas pour un homme, un bond de géant pour l'humanité".

Lors d'une de ses rares conférences de presse, Armstrong avait précisé n'avoir songé à sa phrase légendaire qu'après avoir posé le pied gauche sur le sol de la "Mer de la Tranquillité". "Après avoir aluni, et quelque peu surpris d'avoir pu le faire, j'ai senti qu'il fallait que je dise quelque chose", avait-il expliqué. "Mais, ce n'était rien de très compliqué."

Reste qu'il n'a pas dit "un petit pas pour l'homme, un bond de géant pour l'humanité" comme beaucoup le pensent, mais "un petit pas pour UN homme, un bond de géant pour l'humanité", avait-il précisé. "C'est 'un petit pas pour UN homme'. Les gens ne l'ont pas entendu, c'est tout", avait-il souligné.

Neil Armstrong et Buzz Aldrin passèrent presque trois heures à marcher sur le sol lunaire, à récolter des échantillons, mener des expériences et prendre des photos. "Ce que l'on voyait était tout simplement magnifique, au-delà de toute expérience visuelle à laquelle j'avais jamais été exposée", a déclaré un jour Neil Armstrong.

Environ 600 millions de télespectateurs, un cinquième de la population mondiale à l'époque, avaient assisté à cet alunissage.

Mais Neil Armstrong ne s'est jamais laissé séduire par les sirènes de la célébrité. Très discret, il a toujours été peu disert sur l'expérience qui a fait de lui l'astronaute américain le plus connu de la planète. Ses deux coéquipiers de la mission Apollo 11, Buzz Aldrin et Michael Collins, ont écrit des livres et souvent livré leurs sentiments sur la première mission humaine sur la Lune, alors qu'Armstrong a lui refusé quantité d'offres de livres et d'interviews.

"Neil Armstrong était malgré lui un héros américain qui a toujours pensé qu'il faisait simplement son travail. Il a servi avec fierté son pays, comme pilote de chasse dans l'aéronavale, pilote d'essais et astronaute", a résumé sa famille.

Né le 5 août 1930 dans une ferme de l'Ohio dans le Midwest, il avait volé en avion pour la première fois à l'âge de 6 ans, une révélation. Dès 16 ans, avant même son permis de conduire, il avait obtenu sa licence de pilote. Plus tard, Neil Armstrong a acquis une réputation de pilote aux qualités et au sang froid exceptionnels. Pendant la guerre de Corée, au sein de l'aéronavale, il perdit une partie de son aile en territoire ennemi, mais parvint à rentrer sain et sauf.

Il dut également reprendre le contrôle de son vaisseau spatial Gemini 8 en difficulté en 1966 et le ramener prématurément. Et lors d'un entraînement d'alunissage à Houston en 1968, ce pilote d'essai aux nerfs d'acier s'éjecta juste avant que son appareil ne s'écrase et prenne feu.

Durant la mission Apollo, Neil Armstrong fit également preuve d'une grande maîtrise. Il fut confronté à des signaux d'alarme de l'ordinateur du module Eagle, lors de la phase d'alunissage, et dut éviter une zone de rochers avant de se poser, alors que l'engin était presque à court de carburant. Il ne restait que 15 secondes d'autonomie au Lunar Module -ou LEM- lorsqu'il toucha le sol lunaire.

"Je ne vois pas un meilleur choix pour un premier homme sur la Lune", écrivit Michael Collins en 1974 dans son livre "Carrying the Fire", à propos d'Armstrong. Ce dernier quitta la NASA en 1971, puis enseigna l'ingénierie à l'université de Cincinnati jusqu'en 1979, avant de se lancer dans les affaires, toujours de manière discrète bien sûr.

Neil Armstrong était sorti de sa réserve en 2010 pour exprimer ses inquiétudes concernant la politique spatiale de Barack Obama, et l'abandon du programme lunaire Constellation. Avec ses coéquipiers du programme Apollo Jim Lovell et Eugene Cernan, il avait écrit une lettre ouverte dans laquelle il affirmait: "L'Amérique doit décider si elle veut rester un leader dans l'espace."

Après l'annonce de son décès, Barack Obama a salué dans un communiqué l'un des plus grands héros de l'Amérique", "non pas seulement de son époque, mais de tous les temps". Michael Collins a déclaré que Neil Armstrong lui manquerait terriblement, a rapporté sur Twitter le porte-parole de la NASA Bob Jacobs. "Tant qu'il y aura des livres d'histoire, Neil Armstrong y figurera", a de son côté commenté le patron de l'agence spatiale américaine, Charles Bolden. "En plus d'être un des plus grands explorateurs d'Amérique, Neil avait de la grâce et une humilité qui étaient un exemple pour nous tous", a-t-il ajouté.

Neil Armstrong avait épousé Carol Knight en 1999. Il avait deux fils d'un précédent mariage. Dans un communiqué publié samedi, sa famille a formulé cette simple demande à tous ceux qui veulent se souvenir de Neil Armstrong: "La prochaine fois que vous vous promenez dehors par une nuit claire et que vous voyez la Lune vous sourire, pensez à Neil Armstrong et faites-lui un clin d'oeil".

Sur Internet

http://www.nasa.gov/externalflash/armstrong/index.html

cf-mw/ll/AP-dn

PLUS:pc