NOUVELLES

L'UE demande l'arrêt immédiat des exécutions en Gambie

26/08/2012 06:34 EDT | Actualisé 26/10/2012 05:12 EDT

L'Union européenne (UE) a appelé dimanche la Gambie à renoncer "immédiatement" à toute exécution de condamnés à mort, après des informations faisant état de plusieurs mises à mort jeudi, et annoncé que l'UE allait examiner "une réponse appropriée".

La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, "condamne avec force les exécutions qui ont été, selon des informations, menées à bien jeudi 23 août, à la suite de l'intention exprimée par le président (Yahya) Jammeh d'exécuter tous les condamnés à mort avant la mi-septembre", indique-t-elle dans un communiqué. "Je demande l'arrêt immédiat des exécutions", ajoute-t-elle.

"A la lumière de ces exécutions, l'Union européenne va examiner dans l'urgence une réponse appropriée", précise Mme Ashton.

Amnesty International avait annoncé vendredi avoir "reçu des informations crédibles selon lesquelles neuf personnes ont été exécutées la nuit dernière (jeudi, ndlr) en Gambie".

Quelques jours auparavant, le 20 août, le président Jammeh avait annoncé que tous les condamnés à mort en détention en Gambie seraient exécutés "vers mi-septembre", sans préciser de dates ni le nombre de condamnés concernés.

D'après un décompte de l'AFP, depuis juillet 2010, 47 personnes au total ont été condamnées à mort dans ce pays anglophone que dirige Yahya Jammeh d'une main de fer depuis 18 ans.

Dans son communiqué, Mme Ashton rappelle que la Gambie a pris des "engagements concernant le respect des droits de l'Homme", formalisés dans les accords qui la lient avec l'UE.

L'Union africaine (UA) a également appelé Banjul à renoncer à exécuter les condamnés à mort en Gambie.

jri/sd

PLUS:afp