La légionellose fait deux victimes de plus

Publication: Mis à jour:
Le Dr François Desbiens, directeur régional de la santé publique de la Capitale-Nationale (archives)
Le Dr François Desbiens, directeur régional de la santé publique de la Capitale-Nationale (archives)

Le bilan de la crise de la légionellose s'est alourdi dimanche matin. La direction de la santé publique de la Capitale-Nationale rapporte deux décès supplémentaires et deux nouveaux cas recensés.

Selon le communiqué publié par l'Agence de la santé de Québec, 104 personnes ont contracté la légionellose depuis son éclosion le 31 juillet dernier. À ce jour, huit personnes ont succombé des suites de la maladie.

Jusqu'ici, 89 tours de refroidissement ont été inspectées et désinfectées dans la zone considérée à risque en Basse-Ville de Québec, a indiqué samedi le Dr François Desbiens, directeur régional de la santé publique de Québec.

« Ces tours-là qui étaient problématiques vont être revisitées lundi et mardi pour un autre traitement-choc, pour qu'il y ait une continuité de désinfection adéquate. Et d'autres tours, dans un périmètre plus élargi, seront visitées lundi aussi », a-t-il précisé.

La crise sanitaire traversée par les habitants de la région de Québec s'est invitée samedi dans la campagne électorale. Le Parti libéral du Québec et le Parti québécois se sont renvoyés la balle au sujet du rapport de 1997 qui formulait une série de recommandations au gouvernement québécois, suite à une éclosion de légionellose un an auparavant.

Les libéraux ont jeté le blâme samedi sur les péquistes, arguant que le rapport sur les mesures préventives à adopter pour éviter une telle crise avait été publié sous leur gouverne.

Vendredi, le maire Régis Labeaume avait déploré l'inaction des autorités provinciales. Québec a réagi en annonçant un resserrement des règles pour prévenir de telles situations, dont la création d'un registre des tours de refroidissement.

La légionellose en bref

La légionellose, aussi appelée maladie du légionnaire, est une forme de pneumonie sévère qui se manifeste notamment par la toux, de la fièvre et une difficulté à respirer.

Les bactéries qui causent la légionellose se développent, entre autres, dans l'eau stagnante utilisée dans les tours de refroidissement des gros bâtiments. Quand cette eau se met à circuler dans le système de climatisation, elle se répand dans l'air sous forme de fines gouttelettes.

Habituellement, deux ou trois cas de légionellose sont répertoriés chaque année à Québec.