NOUVELLES

Le PLQ promet d'investir 50M$ de plus dans la culture

26/08/2012 10:30 EDT | Actualisé 26/10/2012 05:12 EDT

Un texte de Florence Meney

Au 26e jour de la campagne, le chef du Parti libéral a annoncé, dans la région de Gatineau, ses engagements pour soutenir certains pans de la culture québécoise. Un domaine qui génère de la richesse, auquel Jean Charest « croit » et qu'il juge prioritaire.

Accompagné des députés locaux, mais aussi de la ministre sortante de la Culture Christine St-Pierre, Jean Charest a promis qu'un gouvernement libéral réélu investirait 50 millions de dollars supplémentaires dans ce secteur.

Faire rayonner la culture en région

Cette annonce comprend la création d'un programme d'aide aux distributeurs de films québécois afin d'assurer une place de choix au cinéma d'ici sur tous les écrans en région. Cela donnerait à tous les Québécois davantage accès aux productions cinématographiques. Un gouvernement libéral bonifierait aussi l'enveloppe destinée aux diffuseurs pluridisciplinaires.

Dans le domaine de l'information, un gouvernement libéral s'engagerait à lancer un projet pilote ayant pour mandat de mettre sur pied, et de gérer, un réseau média Web où l'information locale et régionale sera produite par et à partir du réseau des médias communautaires existants. Cette plateforme d'information, qui est une réponse au rapport Payette sur l'avenir du journalisme serait gérée par Télé-Québec et vise à créer des liens entre toutes les régions du Québec, tout en répondant à des critères journalistiques reconnus, soit l'indépendance et l'éthique journalistique, selon le parti libéral.

Une manifestation réclamant plus de logements sociaux se déroulait non loin de la conférence de presse, mais Jean Charest estime que son gouvernement a agi dans ce domaine et pour contrer la pauvreté, par exemple, dit-il, en augmentant de 30 % le salaire minimum.

Le « Credo » de la stabilité

Cette annonce a été l'occasion pour le chef libéral de marteler des messages maintenant familiers pour les journalistes et de réitérer ses critiques contre ses adversaires.

À son offre aux Québécois d'un gouvernement qu'il dit « stable, axé sur l'économie et la création d'emploi », il oppose l'incertitude, dit-il, de ce que présente tant Pauline Marois, chef du Parti québécois, que François Legault, chef de la Coalition avenir Québec.

Il a d'ailleurs renvoyé ceux-ci dos à dos sur la question d'un éventuel référendum au sujet de la souveraineté du Québec, évoquant ce qu'il juge être le flou entretenu par Mme Marois et M. Legault dans ce dossier.

Confiant et pressé par le temps

Alors que se profile le dernier droit de la campagne électorale, Jean Charest se dit « en grande forme, serein et confiant ». Il promet de visiter le plus de régions possibles dans les jours qui mèneront au scrutin du 4 septembre, mais dit-il, « le temps manque ».

Le chef du PLQ a profité de sa visite en Outaouais pour répéter qu'il ne tenait pas la région, fortement teintée aux couleurs de son parti, pour acquise. On lui a cependant fait remarquer qu'il avait tardé à la visiter dans le cadre de cette campagne. Jean Charest a rappelé qu'il y a été présent à plusieurs reprises avant le déclenchement du scrutin. Il a rappelé les investissements effectués dans le prolongement de l'autoroute 5, le parachèvement de l'autoroute 50, le Rapibus et le nouvel aréna Robert-Guertin.

La caravane du chef de la Coalition avenir Québec sillonne elle aussi l'Outaouais dimanche. L'Outaouais est une région libérale et fédéraliste de longue date. Tous ses députés sortants sont de la formation de Jean Charest.

Pour me joindre :

Florence.Meney@radio-canada.ca

PLUS: