NOUVELLES

Irak: 8 personnes, dont 3 soldats et 2 policiers, tuées dans des violences

26/08/2012 08:24 EDT | Actualisé 26/10/2012 05:12 EDT

Huit personnes, dont deux policiers et trois soldats, ont trouvé la mort dimanche lors de plusieurs attaques perpétrées à travers l'Irak, a-t-on appris auprès de sources sécuritaires et médicales.

Près de Garma, à l'est de Fallouja (60 km à l'ouest de Bagdad), trois soldats ont péri et deux autres ont été blessés lors d'une attaque contre leur patrouille commise à l'aide de deux engins explosifs improvisés, selon le lieutenant-colonel Mohammed Jerefi. Le docteur Hamed Tafech de l'hôpital de Fallouja a confirmé avoir reçu les corps des trois soldats tués et traité leurs deux camarades blessés.

A Our, un quartier du nord de Bagdad, deux policiers sont morts et un autre a été blessé lorsque des inconnus ont ouvert le feu sur un barrage de police, selon un responsable du ministère de l'Intérieur. Une source à l'hôpital Imam Ali a rapporté de son côté avoir reçu les cadavres des deux victimes.

Dans le quartier de Zayouna, toujours dans la capitale irakienne, trois gardes de la société de sécurité al-Rawafid ont été abattus par des hommes armés de pistolets équipés de silencieux, alors qu'ils se trouvaient à proximité du siège de l'entreprise, selon un responsable du ministère de l'Intérieur. Une source à l'hôpital al-Kindi et une autre à la morgue de la ville ont confirmé ce bilan.

Un cheik qui se trouvait à l'intersection al-Wathak dans le centre-ville de Bagdad a été blessé par des tirs, ont indiqué des sources médicales et de sécurité.

Par ailleurs, samedi soir, trois soldats ont été blessés par des engins explosifs improvisés au nord de Baqouba, à 60 km au nord de Bagdad, selon des sources médicales et sécuritaires de la province de Diyala, dont Baqouba est le chef-lieu.

Ces nouvelles attaques portent à 254 le nombre de personnes tuées dans des violences en Irak depuis le début du mois d'août, selon un décompte effectué par l'AFP.

Si les violences ont considérablement diminué par rapport aux sanglantes années 2006-2007, elles restent encore très fréquentes en Irak.

str-sf/gde/hj

PLUS:afp