NOUVELLES

Égypte: ouverture d'une enquête sur un détracteur des Frères musulmans

26/08/2012 09:53 EDT | Actualisé 26/10/2012 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - Le procureur général de l'Égypte a ordonné l'ouverture d'une enquête sur un ex-député anti-islamiste parce que celui-ci aurait réclamé la chute du gouvernement, selon un communiqué publié dimanche.

La plainte déposée contre Mohamed Abu-Hamed par un autre ancien membre du Parlement égyptien accuse aussi l'homme d'essayer de mobiliser la minorité chrétienne copte du pays et de provoquer des conflits religieux.

Si le dossier se rend en cour et que M. Abu-Hamed est reconnu coupable, il pourrait écoper jusqu'a trois ans de prison.

Titulaire d'un doctorat en théologie musulmane, Mohamed Abu-Hamed était député et leader du parti libéral «Égyptiens libres» mais a quitté la formation pour siéger à titre d'indépendant avant la dissolution du Parlement.

L'enquête sur M. Abu-Hamed survient deux jours après qu'il eut mené environ 3000 manifestants jusque devant le palais présidentiel afin de protester contre le président Mohammed Morsi et les Frères musulmans.

La multiplication des enquêtes sur les détracteurs des Frères musulmans, dont le présentateur télé Tawfiq Okasha et le rédacteur en chef du quotidien «Al-Dostour», Islam Afifi, suscite des inquiétudes au sujet de la liberté d'expression en Égypte dans la foulée du soulèvement de l'an dernier qui a chassé le dictateur Hosni Moubarak du pouvoir.

Les Frères musulmans ont remporté la majorité des sièges du Parlement ainsi que la présidence lors des dernières élections et se sont disputés avec les libéraux au sujet du comité qui doit rédiger la nouvelle constitution égyptienne, au point où les représentants laïcs ont quitté la table des négociations.

Afin de calmer le jeu et prouver sa bonne foi, le président Morsi s'est entouré de gens provenant de tous les horizons. Il a récemment nommé l'ancien ministre de la Défense de Moubarak, un chrétien copte et au moins deux femmes conseillers présidentiels.

PLUS:pc