NOUVELLES

Djokovic, Federer, Murray et les autres ont rendez-vous à Flushing Meadows

26/08/2012 11:53 EDT | Actualisé 26/10/2012 05:12 EDT

NEW YORK, États-Unis - Les Internationaux des États-Unis se mettront en branle lundi à New York sans Rafael Nadal, blessé aux genoux, une absence de marque qui va aiguiser encore les appétits des trois prétendants: l'Écossais Andy Murray, tout frais champion olympique, le Suisse Roger Federer, no 1 mondial, et le Serbe Novak Djokovic, tenant du titre.

Ce dernier s'affirme comme le grand favori avec un tableau favorable qui lui évitera les grands noms avant la finale. Mais il refuse de s'enflammer, d'autant qu'il arrive meurtri par sa défaite aux JO.

«Pour être honnête, je ne pense pas qu'il y ait de tirage parfait. C'est quelque chose sur lequel je ne peux pas avoir d'influence, c'est plutôt une question de chance. Il y a 128 joueurs qui viennent ici avec énormément de confiance et qui veulent tous faire de leur mieux», a-t-il assuré samedi en conférence de presse. «Ils voudront tous faire chuter les favoris. Je prend les matchs les uns après les autres (...) Je ne calcule ni ne prévoit rien. J'essaie juste de me concentrer sur mon jeu.»

Battu en demi-finale en 2011 par le Serbe, alors qu'il comptait deux balles de match, Federer lui a fait le plein de confiance et compte bien effacer cette contre-performance alors qu'il vise un sixième titre à Flushing Meadows, une performance encore inédite dans l'ère du Grand Chelem et qui n'a plus été réalisée depuis 87 ans.

«Je me sentais bien l'année dernière mais, parfois, j'avais la sensation de ne pas contrôler le cours des matches. Cette année, j'ai le sentiment que si je joue bien je peux décider de l'issue de la rencontre. Je sais que pour gagner, mon adversaire devra réaliser une grosse performance. C'est ce que je ressens, mais vous savez, je peux aussi perdre au premier tour. Il ne faut jamais sous-estimer un adversaire», a expliqué celui qui a récupéré la tête du classement ATP après sa victoire à Wimbledon.

Du côté de son adversaire malheureux sur le gazon anglais, la confiance est au plus haut après son titre olympique à domicile.

«Je me sens confiant et c'est le plus important. On ne sait jamais ce qui va se passer sur le court, mais j'ai travaillé dur ces 5-6 derniers jours. J'ai su garder les pieds sur terre. Je suis prêt», a clamé le Britannique.

Murray et Federer sont programmés pour entrer en collision en demi-finales, Djokovic pour retrouver le vainqueur en finale. Mais gare aux négligés: l'Argentin Juan Martin del Potro, l'Espagnol David Ferrer, le Tchèque Tomas Berdych, le Français Jo-Wilfried Tsonga ou l'Américain John Isner pourraient également tirer leur épingle du jeu. Mais il faudra sans doute compter sur un énorme exploit.

Sur le terrain dur américain, Serena Williams, qui écrase la concurrence chez les femmes, s'impose comme l'adversaire no 1. Mais l'Américaine ne se tracasse pas outre mesure. «Il faut apprendre à vivre avec ce statut de favori ou de femme à abattre. C'est ce que j'ai fait», a-t-elle confié.

Une situation qui convient également à Samantha Stosur. L'Australienne, vainqueur surprise l'année dernière, est sereine, elle qui préfère passer sous le radar. «Tout le monde démarre au même point et les choses deviennent plus claires au fil du temps», explique-t-elle. «Mais il est indéniable que Serena est la favorite au vu de sa forme récente».

Kim Clijsters, pour son dernier tournoi, voudra faire mentir les pronostics. La Belge de 29 ans, sacrée en 2005 et 2009, a annoncé son intention de prendre sa retraite après le tournoi. Mais pas sans un dernier titre.

PLUS:pc