NOUVELLES

Pourparlers Tanzanie-Malawi : divergence sur le rythme des négociations

25/08/2012 11:17 EDT | Actualisé 25/10/2012 05:12 EDT

Après cinq jours de pourparlers, les ministres des Affaires étrangères tanzanien et malawite ont divergé samedi sur le rythme des négociations pour régler le différend frontalier entre leurs deux pays, l'un recommandant de prendre son temps, l'autre prônant une "solution rapide".

"Il n'y a pas urgence à négocier un accord", cette négociation est comme "une route longue et sinueuse", a estimé le ministre tanzanien des Affaires étrangères Bernard Membe, à propos du tracé contesté de la frontière sur le lac Malawi, un différend réveillé par des projets de prospection pétrolière dans le lac.

Le ministre malawite des Affaires étrangères a jugé au contraire qu'il fallait trouver une "solution rapide" au problème, qui "dure depuis trop longtemps", afin de restaurer la bonne entente entre les deux peuples.

Le Malawi et la Tanzanie ont mis fin vendredi à cinq jours de pourparlers à Mzuzu (nord du Malawi), mais la décision finale devrait être prise par les deux chefs d'Etat, a indiqué vendredi un responsable du ministère malawite des Affaires étrangères.

La discussion porte sur la partie nord-est du lac Malawi, dont les eaux très pures servent de frontière entre les deux pays et le Mozambique: dans ce secteur, Lilongwe a attribué en 2011 à une firme britannique, Surestream Petroleum, une licence de prospection de pétrole et de gaz, non loin de la Tanzanie.

Lilongwe s'appuie sur un accord passé en 1890 qui stipule que la frontière entre les deux pays court le long de la rive tanzanienne, attribuant au Malawi toutes les eaux du lac. Dar-es-Salam affirme de son côté que la frontière traverse le lac.

fm/sn/de/efr

PLUS:afp