NOUVELLES

Mission de la Banque mondiale au Sénégal pour enquêter sur les "biens volés"

25/08/2012 11:32 EDT | Actualisé 25/10/2012 05:12 EDT

La Banque mondiale (BM) entame lundi à Dakar une mission pour aider le Sénégal à recouvrer les "biens spoliés et placés à l'étranger" alors que les nouvelles autorités sénégalaises mènent des enquêtes sur l'enrichissement illicite, a-t-on appris samedi auprès de cette institution.

Dakar avait sollicité en juin la BM pour l'aider à recouvrer les "biens publics spoliés de l'Etat et placés à l'étranger" durant le régime du président Abdoulaye Wade, battu en mars par Macky Sall, après douze ans de pouvoir.

Le juge suisse Laurent Kasper-Ansermet est attendu lundi à Dakar dans ce cadre, a affirmé à l'AFP un responsable de la représentation locale de la Banque, sans préciser de durée.

"Le Sénégal avait saisi la Banque mondiale sur (l'initiative) Star. Le juge suisse rend visite aux autorités sénégalaises pour les assister" en rapport avec cette initiative, a-t-il précisé.

L'initiative Star (Stolen Assets Recovery), pour la restitution des avoirs volés, a été lancée en 2007 par la BM, en partenariat avec l'Office des Nations unies contre la drogue et la criminalité (ONUDC).

Elle vise à aider les pays en développement à recouvrer les avoirs volés par des dirigeants corrompus, à investir les fonds restitués dans des programmes de développement efficaces, et à combattre l'existence de refuges internationaux.

Cette mission de la Banque mondiale est annoncée alors que plusieurs personnalités de l'ex-pouvoir sénégalais dont le président du Sénat, Pape Diop, et d'anciens ministres, ont été récemment auditionnées par la police, la gendarmerie et la justice dans le cadre d'enquêtes sur "l'enrichissement illicite".

D'anciens directeurs et des responsables de sociétés publiques ont également été interrogés par la justice ou emprisonnés.

Les nouvelles autorités sénégalaises ont mis en place une Cour de répression de l'enrichissement illicite pour récupérer l'argent et les biens mal acquis et poursuivre les auteurs de détournement.

Des informations parues dans la presse locale, non confirmées officiellement, font état de sommes importantes placées à l'étranger par des responsables du pouvoir d'Abdoulaye Wade.

mrb/de

PLUS:afp