Huffpost Canada Quebec qc

L'Ethiopie prépare des funérailles nationales pour Meles Zenawi

Publication: Mis à jour:

L'Ethiopie enterrera dimanche à Addis Abeba son Premier ministre Meles Zenawi, resté plus de 20 ans aux commandes du pays, dans les premières funérailles nationales pour un dirigeant éthiopien en plus de 80 ans.

Plusieurs chefs d'Etats africains sont attendus dans la capitale éthiopienne pour rendre hommage à ce poids lourd du continent, arrivé au pouvoir en 1991 à la tête d'une guérilla qui venait de déposer le régime du dictateur Mengistu Hailé Mariam.

Parmi eux, les présidents ougandais Yoweri Museveni, rwandais Paul Kagame, kényan Mwai Kibaki, soudanais Omar el-Béchir, sud-soudanais Salva Kiir ou encore djiboutien Ismail Omar Guelleh.

Les Etats-Unis, qui avaient fait de Meles un allié clé dans la lutte contre l'extrémisme islamiste dans la Corne de l'Afrique, enverront une délégation présidée par l'ambassadrice aux Nations unies Susan Rice.

La Chine, qui investit massivement dans le pays, et les pays européens dépêcheront ministres, secrétaires d'Etats, députés ou ambassadeurs. L'Egypte sera représentée par son Premier ministre, Hicham Qandil, selon l'agence de presse Mena.

Dimanche, le cortège funèbre se formera place Meskel, un vaste espace dans le centre d'Addis Abeba, et se dirigera vers le Palais national, où le corps de Meles, décédé le 20 août dans un hôpital de Bruxelles à l'âge de 57 ans, est exposé.

Vendredi soir, pour la deuxième soirée consécutive, des milliers d'Ethiopiens, bougies en mains, s'y sont rassemblés malgré la pluie battante pour le veiller.

L'ancien homme fort du pays sera ensuite enterré dans l'église de la Trinité, où avait été tardivement inhumé l'empereur Hailé Sélassié en 2000, selon le ministère éthiopien des Affaires étrangères.

Mort en 1975 dans des circonstances mystérieuses après avoir été évincé du pouvoir un an plus tôt par le coup d'Etat de Mengistu, Hailé Sélassié avait d'abord été enterré sous les toilettes du palais national.

Son corps avait été exhumé en 1992, avant que le régime éthiopien n'accepte, huit ans plus tard, de lui accorder des funérailles en bonne et due forme. Meles, tout juste arrivé au pouvoir, lui avait cependant refusé des obsèques nationales, jugeant désastreux son bilan social à la tête de l'Ethiopie.

Le pays a organisé plusieurs funérailles nationales ces dernières décennies -- dont celles du musicien Tilahun Gessesse en 2009. Mais les dernières obsèques nationales d'un dirigeant -- celles de l'impératrice Zewditu -- remontent à 1930.

Resté pour certains un grand réformateur et un personnage mythique, notamment auprès des rastafaris jamaïcains qui voyaient en lui la réincarnation du Christ, l'empereur Hailé Sélassié représentait pour d'autres le pouvoir absolu, inerte devant des catastrophes comme la famine qui avait dévasté le nord-est de son pays en 1974.

Meles Zenawi, à qui certains prêtaient aussi une stature d'empereur, reposera donc aux côtés de ce "Roi des Rois", dernier représentant revendiqué de la dynastie salomonienne.

L'église de la Trinité "est le lieu national où nos grands leaders (sont enterrés)," a expliqué le porte-parole du ministère des Affaires étrangères éthiopiennes, Dina Mufti.

Le gouvernement éthiopien est un gouvernement "laïque", sa politique est "laïque", a-t-il ajouté. Mais Meles venait "d'une famille chrétienne, donc c'est l'endroit (approprié) pour l'enterrer".

Ancien marxiste, Meles ne pratiquait publiquement aucune religion. Mais il avait été élevé dans la tradition de l'Eglise chrétienne orthodoxe, majoritaire en Ethiopie.

Le porte-parole du gouvernement Bereket Simon a expliqué qu'il avait été choisi de ne pas l'enterrer dans sa ville natale d'Adwa, dans le nord, pour que sa tombe soit accessible à tous. "Même si la population d'Adwa avait un droit indéniable à l'avoir (enterré chez elle), nous pensons qu'il représente l'Ethiopie et qu'il (doit) rester au centre de l'Ethiopie", a-t-il dit.

L'église de la Trinité abrite aussi depuis la semaine dernière la dépouille de l'abuna Paulos, patriarche de l'église orthodoxe éthiopienne décédé quelques jours avant Meles.

Après les obsèques, viendra le temps de l'investiture, au poste de Premier ministre, du vice-Premier ministre Hailemariam Desalegn, 47 ans, politicien peu connu dont Meles avait pourtant fait son successeur. La date de l'investiture devant le Parlement n'a pas encore été annoncée.

Selon le gouvernement, M. Hailemariam restera en poste jusqu'aux prochaines élections législatives, prévues en 2015. Mais des analystes estiment que la mort de Meles ouvre une période d'incertitude qui rend difficile à estimer la marge de manoeuvre dont le nouveau leader bénéficiera, et combien de temps il se maintiendra en poste.

jv-aud/bb/jb