NOUVELLES

Les libéraux renvoient la responsabilité au PQ

25/08/2012 03:32 EDT | Actualisé 24/10/2012 05:12 EDT

Un texte de Lili Boisvert, Florence Meney

Le ministre sortant de la Santé, Yves Bolduc, a rejeté toute responsabilité dans la crise de la légionellose qui sévit actuellement à Québec, arguant que le rapport sur les mesures préventives à adopter pour éviter une telle crise a été publié sous un gouvernement péquiste.

En 1997, le Centre de santé publique de Québec avait publié un rapport après l'éclosion d'une épidémie de légionellose à Québec en 1996. La recommandation principale du rapport était de donner à un organisme gouvernemental la responsabilité d'établir des normes sur l'entretien des tours de refroidissement pour éviter l'éclosion de la bactérie et d'assurer le respect de ces normes.

Ni le gouvernement québécois ni la Ville de Québec n'avaient donné suite à cette recommandation.

Yves Bolduc fait valoir que le rapport est paru alors que le Parti québécois était au pouvoir. « Le rapport datait de 6 ans » avant la prise du pouvoir libéral, dit-il.

« Depuis 2003, la majorité des recommandations qui ont été faites dans des rapports ont été appliquées [...] Pour ce qui est d'auparavant, on assume que les gens avaient pris leurs responsabilités », ajoute M. Bolduc.

De la petite politique, selon le PQ

Du côté du Parti québécois, la députée sortante Agnès Maltais s'est indignée et a rétorqué qu'elle trouvait cela ça indécent, insensible, irresponsable. « Il y a des gens, dit-elle, en ce moment qui sont malades, il y a des décès et tout ce que Monsieur Bolduc trouve à faire, c'est de la petite politique.

Dès le moment où j'ai su que ça se passait, j'ai appelé la direction de la santé et j'ai demandé à Monsieur François Desbiens, le directeur, si les mesures avaient été prises, si les tours avaient été nettoyées. On a fait notre travail. Lui, depuis 9 ans, qu'est-ce qu'il a fait? », s'est-elle demandé.

Au 25e jour de la campagne électorale, le chef libéral a procédé à une annonce au sujet des soins préhospitaliers d'urgence et a commenté les sondages.

PLUS: