NOUVELLES

Élections au Québec: déclin des libéraux au pouvoir, selon un sondage

25/08/2012 11:49 EDT | Actualisé 25/10/2012 05:12 EDT

Le Parti libéral québécois (PLQ) du Premier ministre sortant Jean Charest risque d'enregistrer dans dix jours son plus mauvais résultat électoral depuis 145 ans, selon un sondage publié samedi confirmant l'avance des indépendantistes du Parti Québécois (PQ).

A dix jours du scrutin législatif du 4 septembre, "c'est encore une lutte à trois", selon le sondeur Jean-Marc Léger.

Les indépendantistes sont crédités de 33% des intentions de vote. Avec 28%, la Coalition Avenir Québec (CAQ, centre droit, opposition) de François Legault passe devant les libéraux qui obtiendraient 27%, selon un sondage réalisé par Léger Marketing pour le quotidien Le Journal de Montréal, auprès de 1.929 personnes entre le 23 et le 24 août.

Ces chiffres sont obtenus après répartition des indécis. Avant répartition, le PQ de Pauline Marois obtient 29%, la CAQ 25% et le PLQ 24%.

70% des personnes interrogées assurent que leur choix est "définitif", soit 10 points de plus que lors du dernier sondage, selon M. Léger.

21% des personnes interrogées estiment que François Legault ressort vainqueur des débats entre chefs des principaux partis, contre 15% pour Pauline Marois et 14% pour Jean Charest.

A la question: "Parmi les partis politiques, quel serait votre deuxième choix?", la CAQ de François Legault arrive en première position avec 20%, contre 14% pour le PQ et 9% pour le PLQ.

Le PQ obtient 38% des intentions de vote chez les francophones, les libéraux 67% chez les Québécois interrogés parlant une autre langue que le français.

Avec 33% des intentions de vote, le PQ n'atteindrait pas la majorité de sièges et devrait donc former un gouvernement minoritaire, selon M. Léger.

Dans le système québécois de scrutin majoritaire à un tour, la proportion d'intentions de vote ne se traduit pas nécessairement par la même répartition de sièges à l'Assemblée nationale.

Quelques points de pourcentage peuvent faire basculer le résultat et apporter une majorité parlementaire à un parti qui n'obtient pas l'appui majoritaire de l'électorat.

amch/via/are

PLUS:afp